LIBERA, AMORE MIO!

LIBERA, AMORE MIO!

LIBERTÉ, MON AMOUR !

Mauro Bolognini

0h 1min
2021
Story of LIBERA, AMORE MIO!
LIBERA, AMORE MIO! LIBERTÉ, MON AMOUR ! Libera, fille d'un anarchiste, a les mêmes idées que son père envoyé en résidence surveillée ; généreuse, courageuse et tenace, elle défie les fascistes et se voit condamnée au même sort que son père. La jeune femme a eu deux enfanfs de Matteo, un tailleur méridional qui est indifférent à la politique, mais certes pas au corps séduisant de Libera qui lui cause sans cesse des ennuis. En dépit des disputes, ils continuent à s'aimer. Septembre 43 : constitution de la République fasciste, avec l'aide des nazis. Rendue à la liberté et avertie par ses camarades que les néofascistes méditent la vengeance, Libera est une habile estafette pour ceux qui sont réfugiés sur les montagnes ; elle fournit aux combattants, parmi lesquels se trouve son fils adolescent, ravitaillement et armes. A la suite d'une mission téméraire, elle est arrêtée et torturée. Vient le jour de l'expulsion des Allemands et des fascistes. Libera voit avec horreur que l'ancien chef de la section politique qui l'a poursuivie est maintenant préposé à la réquisition et distribution des logements. Les arguments politiques dont les amis du Comité de libération nationale se servent pour répondre à ses protestations ne la convainquent pas : Libera se sent à présent trahie par les siens.   Libera amore mio est un film qui me tient beaucoup à cœur, un film dans lequel il y a également une grande interprétation de Claudia Cardinale. Malheureusement, c'est un film qui est resté bloqué dans un tiroir de l'Italnoleggio pendant deux ans pour des problèmes de production (tourné en 1973, il n'a été distribué qu'en 1975). Lorsqu'il est sorti, sa signification avait changé et il n 'a eu aucun succès. Le film se termine sur une espèce de prophétie qui allait ensuite se révéler exacte, c 'est-à-dire sur l'idée que les fascistes se seraient réorganisés et auraient jeté des bombes. Quand le film a été distribué, les fascistes avaient déjà jeté leurs bombes et on le savait ; quant au contraire j'ai fait mon film, il ne les avaient pas encore jetées et on ne savait pas encore — du moins pas officiellement, pas d'un point de vue populaire — qu'ils étaient en train de s'organiser. Ainsi, le rapport du film au contexte de l'époque avait complètement changé. "Libéra amore mio " a été boycotté à l'extrême et terriblement maltraité. Il s'agit d'un sujet de Luciano Vincenzoni, un sujet inspiré, avec quelques modifications, de l'histoire de la mère de Vincenzoni. Le film commençait comme une comédie grotesque, un peu comme était le fascisme à ses débuts, et puis, petit-à-petit, Use transformait en une tragédie. Mauro Bolognini dans "Le Cinéma italien", Jean Gili, 10/18,1978   BOLOGNINI a élargi l'espace autour de ses héros, pour faire voir leur fragilité, mais aussi la force avec laquelle ils essaient de s'opposer à certaines transformations de la société italienne. Il a également offert un type différent de protagonistes qui, aux certitudes idéologiques qui les animent d'instinct pour la lutte, unissent, en les assourdissant et en les cachant avec une extrême pudeur, leurs propres incertitudes privées et sentimentales. Il en émerge, comme intention globale, la représentation d'une société qui, au nom de la pacification nationale, prédispose, dès les derniers jours de la guerre, les alibis et la récupération des structures et des hommes de pouvoir du fascisme... La mort "accidentelle" de Libera, la sauve en quelque sorte de l'humiliation de devoir accepter, dans un nouvel état démocratique, un mode de vie contre lequel elle a toujours combattu. Son corps inerte, vêtu de rouge, entouré des tomates rouges sorties de son sac à provisions, peut légitimement être interprété comme l'un des signes les plus lourds de signification et les plus représentatifs de la vision du monde chez Bolognini.
    • LIBERA, AMORE MIO!

      LIBERTÉ, MON AMOUR !

      Libera, fille d'un anarchiste, a les mêmes idées que son père envoyé en résidence surveillée ; généreuse, courageuse et tenace, elle défie les fascistes et se voit condamnée au même sort que son père. La jeune femme a eu deux enfanfs de Matteo, un tailleur méridional qui est indifférent à la politique, mais certes pas au corps séduisant de Libera qui lui cause sans cesse des ennuis. En dépit des disputes, ils continuent à s'aimer.

      Septembre 43 : constitution de la République fasciste, avec l'aide des nazis. Rendue à la liberté et avertie par ses camarades que les néofascistes méditent la vengeance, Libera est une habile estafette pour ceux qui sont réfugiés sur les montagnes ; elle fournit aux combattants, parmi lesquels se trouve son fils adolescent, ravitaillement et armes. A la suite d'une mission téméraire, elle est arrêtée et torturée.

      Vient le jour de l'expulsion des Allemands et des fascistes. Libera voit avec horreur que l'ancien chef de la section politique qui l'a poursuivie est maintenant préposé à la réquisition et distribution des logements. Les arguments politiques dont les amis du Comité de libération nationale se servent pour répondre à ses protestations ne la convainquent pas : Libera se sent à présent trahie par les siens.

       

      Libera amore mio est un film qui me tient beaucoup à cœur, un film dans lequel il y a également une grande interprétation de Claudia Cardinale. Malheureusement, c'est un film qui est resté bloqué dans un tiroir de l'Italnoleggio pendant deux ans pour des problèmes de production (tourné en 1973, il n'a été distribué qu'en 1975).

      Lorsqu'il est sorti, sa signification avait changé et il n 'a eu aucun succès. Le film se termine sur une espèce de prophétie qui allait ensuite se révéler exacte, c 'est-à-dire sur l'idée que les fascistes se seraient réorganisés et auraient jeté des bombes. Quand le film a été distribué, les fascistes avaient déjà jeté leurs bombes et on le savait ; quant au contraire j'ai fait mon film, il ne les avaient pas encore jetées et on ne savait pas encore — du moins pas officiellement, pas d'un point de vue populaire — qu'ils étaient en train de s'organiser. Ainsi, le rapport du film au contexte de l'époque avait complètement changé. "Libéra amore mio " a été boycotté à l'extrême et terriblement maltraité. Il s'agit d'un sujet de Luciano Vincenzoni, un sujet inspiré, avec quelques modifications, de l'histoire de la mère de Vincenzoni. Le film commençait comme une comédie grotesque, un peu comme était le fascisme à ses débuts, et puis, petit-à-petit, Use transformait en une tragédie.

      Mauro Bolognini dans "Le Cinéma italien", Jean Gili, 10/18,1978

       

      BOLOGNINI a élargi l'espace autour de ses héros, pour faire voir leur fragilité, mais aussi la force avec laquelle ils essaient de s'opposer à certaines transformations de la société italienne. Il a également offert un type différent de protagonistes qui, aux certitudes idéologiques qui les animent d'instinct pour la lutte, unissent, en les assourdissant et en les cachant avec une extrême pudeur, leurs propres incertitudes privées et sentimentales. Il en émerge, comme intention globale, la représentation d'une société qui, au nom de la pacification nationale, prédispose, dès les derniers jours de la guerre, les alibis et la récupération des structures et des hommes de pouvoir du fascisme...

      La mort "accidentelle" de Libera, la sauve en quelque sorte de l'humiliation de devoir accepter, dans un nouvel état démocratique, un mode de vie contre lequel elle a toujours combattu. Son corps inerte, vêtu de rouge, entouré des tomates rouges sorties de son sac à provisions, peut légitimement être interprété comme l'un des signes les plus lourds de signification et les plus représentatifs de la vision du monde chez Bolognini.

    • Réalisation
      Mauro Bolognini
    • Scénario
      Luciano Vincenzoni, Nicola Badalucco, Mauro Bolognini
    • Image
      Franco Di Giacomo
    • Montage
      Nino Baragli
    • Musique
      Ennio Morricone
    • Producteur (s)
      Roberto Loyola
    • Productions
      Roberto Loyola Cinematograflco
    • Distribution France
      Carlotta
    • Interprètes
      Claudia Cardinale, Bruno Cirino, Adolfo Celi, Philippe Leroy, Bekim Fehmin, Luigi Diberti, Tullio Al Tamura, Rosalba Neri
    • Année
      1973/1975
    • Durée
      1h 48
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom