L’UOMO CHE NON CAMBIÒ LA STORIA

0h 1min
2021
Story of L’UOMO CHE NON CAMBIÒ LA STORIA
L’UOMO CHE NON CAMBIÒ LA STORIA

Ranuccio Bianchi Bandinelli est un professeur d’archéologie mondialement connu malgré son jeune âge. De plus, ce rejeton d’une grande famille toscane parle couramment l’allemand. C’est pourquoi le Ministère de la Culture Populaire fasciste le désigne comme guide culturel personnel du Führer lors de sa première visite en Italie en mai 1938. Bien malgré lui, car Ranuccio est discrètement antifasciste. Lorsqu’on lui fournit le détail des visites culturelles que Mussolini compte offrir à son hôte à Rome et à Florence, Ranuccio se met à échafauder des plans pour se débarrasser des deux dictateurs qu’il pressent dangereux pour l’humanité. Or, pendant qu’il réfléchit à l’exécution d’un éventuel attentat, cet homme éminemment cultivé se met à douter de sa capacité à le réaliser. Il y a peut-être un autre moyen plus subtil de marquer son désaccord…

 

« Plus l’attentat prend forme dans sa tête, plus Bandinelli cherche des arguments contraires à la formidable occasion que lui fournit l’Histoire. Seul et paralysé par le doute, le professeur finira par se résoudre à l’inaction […]. C’est du moins ce que notre héros manqué nous relate dans son livre Quelques jours avec Hitler et Mussolini, peut-être dans une suprême tentative de justification vis-à-vis de sa propre conscience. Mais ce n’est là que le début d’une autre histoire, plus authentique, que le film de Caria, pétri de documents historiques, nous restitue dans sa forme humoristique. C’est la revanche de ce conspirateur incapable de changer le cours de l’Histoire, mais qui nous montre toute l’absurdité des deux dictateurs qu’il ridiculise sans pitié lors de leurs visites du Musée des Thermes et de la Galerie Borghèse. »

Simonetta Fiori, La Repubblica, 9 août 2016

 

Tour à tour écrivain, réalisateur et journaliste, Enrico Caria a collaboré à des journaux tels que Repubblica, L’Unità, Cuore ou Il Fatto Quotidiano. Il a prêté ses talents de scénariste à la télévision et au cinéma, tout en réalisant des comédies noires ou satiriques (Blek Gek, L’era legale, Vedi Naopli poi muori). Enrico Caria a également publié plusieurs livres chez Feltrinelli.

    • L’UOMO CHE NON CAMBIÒ LA STORIA

      Ranuccio Bianchi Bandinelli est un professeur d’archéologie mondialement connu malgré son jeune âge. De plus, ce rejeton d’une grande famille toscane parle couramment l’allemand. C’est pourquoi le Ministère de la Culture Populaire fasciste le désigne comme guide culturel personnel du Führer lors de sa première visite en Italie en mai 1938. Bien malgré lui, car Ranuccio est discrètement antifasciste. Lorsqu’on lui fournit le détail des visites culturelles que Mussolini compte offrir à son hôte à Rome et à Florence, Ranuccio se met à échafauder des plans pour se débarrasser des deux dictateurs qu’il pressent dangereux pour l’humanité. Or, pendant qu’il réfléchit à l’exécution d’un éventuel attentat, cet homme éminemment cultivé se met à douter de sa capacité à le réaliser. Il y a peut-être un autre moyen plus subtil de marquer son désaccord…

       

      « Plus l’attentat prend forme dans sa tête, plus Bandinelli cherche des arguments contraires à la formidable occasion que lui fournit l’Histoire. Seul et paralysé par le doute, le professeur finira par se résoudre à l’inaction […]. C’est du moins ce que notre héros manqué nous relate dans son livre Quelques jours avec Hitler et Mussolini, peut-être dans une suprême tentative de justification vis-à-vis de sa propre conscience. Mais ce n’est là que le début d’une autre histoire, plus authentique, que le film de Caria, pétri de documents historiques, nous restitue dans sa forme humoristique. C’est la revanche de ce conspirateur incapable de changer le cours de l’Histoire, mais qui nous montre toute l’absurdité des deux dictateurs qu’il ridiculise sans pitié lors de leurs visites du Musée des Thermes et de la Galerie Borghèse. »

      Simonetta Fiori, La Repubblica, 9 août 2016

       

      Tour à tour écrivain, réalisateur et journaliste, Enrico Caria a collaboré à des journaux tels que Repubblica, L’Unità, Cuore ou Il Fatto Quotidiano. Il a prêté ses talents de scénariste à la télévision et au cinéma, tout en réalisant des comédies noires ou satiriques (Blek Gek, L’era legale, Vedi Naopli poi muori). Enrico Caria a également publié plusieurs livres chez Feltrinelli.

    • Réalisation
      Enrico Caria
    • Scenario
      Enrico Caria, librement adapté du livre Quelques jours avec Hitler et Mussolini de Ranuccio Bianchi Bandinelli
    • Image
      Giuseppe Schifani
    • Montage
      Fabrizio Campioni
    • Musique
      Daniele Sepe, Tony Carnevale, Pivio, Aldo De Scalzi, Stefania Graziani
    • Productions
      Istituto Luce Cinecittà
    • Distribution France
      Istituto Luce Cinecittà
    • Année
      2016
    • Durée
      1h 17
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      La police ne se souciait pas de moi, même pour la forme. Tout aurait été possible.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom