MA NON PER SEMPRE

MA NON PER SEMPRE

MarzioCasa

0h 1min
1990
Story of MA NON PER SEMPRE
MA NON PER SEMPRE Fin du I9ème siècle - Maria, une jeune paysanne simple et concrète habite dans une ferme en Italie du Nord. La communauté paysanne est enfermée dans sa tradition culturelle, pétrie de magie et de supersti­tion. Une croyance locale veut que depuis toujours, lorsque dans une famille le père meurt, ce soit le fils aîné qui lui ferme les yeux. Il reçoit ainsi en héritage sa sagesse et empêche que le père soit condamné pour l'éternité à regarder le monde qui change. Maria transgresse cette règle, essentiellement par naïveté, et son geste marque son destin. Les commérages, la marginalisation pro­gressive, forment un obstacle toujours plus important à la réalisation de ses aspirations les plus simples : se marier et avoir des enfants. Maria devient amie de Selva, une femme aux allures indépendantes, et peut-être à cause de cela soupçonnée de sorcellerie, et connaît son ami Emilio Errani, un novateur idéaliste qui est venu là pour essayer de moderniser les méthodes traditionnelles de l'agriculture extrêmement pénibles. Ces fréquentations confirment la rumeur : Maria aussi doit être une sorcière. La volonté des paysans de conserver leur communauté intacte pour la sauvegarder autant des dangers des innovations que des mystères de la nature, conduit Emilio à l'échec et brise définitivement les rêves de Maria. L'instituteur du village dont elle est amoureuse, la quitte pour céder au vouloir des gens. Et juste au moment où Maria a le plus besoin d'elle, Selva aussi lui manque : elle disparaît mystérieusement. Maria est déçue et endurcie par ces expériences. Pour ne pas aban­donner son rêve de maternité, elle propose à Emilio de l'épouser, bien qu'elle ne l'aime pas. Alors qu'ils se préparent à partir, Maria découvre l'ironie de la réalité: elle ne peut pas avoir d'enfants. C'est ainsi que son destin pousse Maria, malgré sa simplicité, à un choix radical, qui l'amène à un final mystérieux et magique.   "Dès la première lecture, le scénario de Anna Pavignano m'a fasciné. Il y a surtout deux aspects qui m'ont frappé parce qu'ils rendent le récit tout à fait actuel bien qu'il soit censé se passer au siècle dernier. Le premier, c'est la description d'une communauté paysanne, essentiel­lement masculine, qui a tendance à se refermer sur elle-même face au progrès qui avance. Le deuxième, c'est l'attention à l'évolution d'une femme : ça part de l'intérieur, pour aller vers l'émancipation sociale. Et ces deux univers se croisent dans le rapport homme-femme ". Marzio Casa Marzio Casa est né à Rome en 1955. Après des études à l'université de Bologne, il a été, de 79 à 86, assistant-réalisateur de Marco Bellochio, Giorgio Capitani, Luciano Odorisio. Il a également réalisé des docu­mentaires industriels et des films publicitaires. "Ma non per sempre" est son premier long métrage.  
    • MA NON PER SEMPRE

      Fin du I9ème siècle - Maria, une jeune paysanne simple et concrète habite dans une ferme en Italie du Nord. La communauté paysanne est enfermée dans sa tradition culturelle, pétrie de magie et de supersti­tion. Une croyance locale veut que depuis toujours, lorsque dans une famille le père meurt, ce soit le fils aîné qui lui ferme les yeux. Il reçoit ainsi en héritage sa sagesse et empêche que le père soit condamné pour l'éternité à regarder le monde qui change.

      Maria transgresse cette règle, essentiellement par naïveté, et son geste marque son destin. Les commérages, la marginalisation pro­gressive, forment un obstacle toujours plus important à la réalisation de ses aspirations les plus simples : se marier et avoir des enfants.

      Maria devient amie de Selva, une femme aux allures indépendantes, et peut-être à cause de cela soupçonnée de sorcellerie, et connaît son ami Emilio Errani, un novateur idéaliste qui est venu là pour essayer de moderniser les méthodes traditionnelles de l'agriculture extrêmement pénibles. Ces fréquentations confirment la rumeur : Maria aussi doit être une sorcière.

      La volonté des paysans de conserver leur communauté intacte pour la sauvegarder autant des dangers des innovations que des mystères de la nature, conduit Emilio à l'échec et brise définitivement les rêves de Maria. L'instituteur du village dont elle est amoureuse, la quitte pour céder au vouloir des gens. Et juste au moment où Maria a le plus besoin d'elle, Selva aussi lui manque : elle disparaît mystérieusement.

      Maria est déçue et endurcie par ces expériences. Pour ne pas aban­donner son rêve de maternité, elle propose à Emilio de l'épouser, bien qu'elle ne l'aime pas. Alors qu'ils se préparent à partir, Maria découvre l'ironie de la réalité: elle ne peut pas avoir d'enfants. C'est ainsi que son destin pousse Maria, malgré sa simplicité, à un choix radical, qui l'amène à un final mystérieux et magique.

       

      "Dès la première lecture, le scénario de Anna Pavignano m'a fasciné. Il y a surtout deux aspects qui m'ont frappé parce qu'ils rendent le récit tout à fait actuel bien qu'il soit censé se passer au siècle dernier. Le premier, c'est la description d'une communauté paysanne, essentiel­lement masculine, qui a tendance à se refermer sur elle-même face au progrès qui avance. Le deuxième, c'est l'attention à l'évolution d'une femme : ça part de l'intérieur, pour aller vers l'émancipation sociale. Et ces deux univers se croisent dans le rapport homme-femme ".

      Marzio Casa

      Marzio Casa est né à Rome en 1955. Après des études à l'université de Bologne, il a été, de 79 à 86, assistant-réalisateur de Marco Bellochio, Giorgio Capitani, Luciano Odorisio. Il a également réalisé des docu­mentaires industriels et des films publicitaires. "Ma non per sempre" est son premier long métrage.

       

    • Réalisation
      MarzioCasa
    • Scenario
      Anna Pavignano
    • Image
      Roberto Meddi
    • Montage
      Raimondo Crociani
    • Musique
      Alberto Morabito
    • Producer (s)
      Gaetano Daniele
    • Productions
      Esterno Méditerraneo Film
    • Interprètes
      Elena Sofia Ricci, Massimo Dapporto, Mariella di Lauro, Nicoletta Boris
    • Année
      1990
    • Durée
      1h 25
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom