MARIA ZEF

Vittorio Cottafavi

0h 1min
1981
Story of MARIA ZEF
MARIA ZEF

Dans la Carnia, un massif montagneux du Frioul, au début du siècle dernier. C'est la fin de l'été. Une adolescente, Mariute (Renata Chiappino), sa mère et la petite Rosute (Anna Bellina) descendent dans la vallée en tirant une charrette chargée d'objets en bois sculptés à vendre aux bords des routes. Le père est mort en Amérique où il avait émigré. La mère, épuisée, est emportée par un mal mystérieux. Après avoir été hébergées par des religieuses, les deux jeunes filles sont recueillies par leur oncle paternel, Barbe Zef (Siro Angeli), dans une masure perdue dans la montagne. Mariute devient le souffre-douleur de son oncle. Une nuit il abuse d'elle. Mariute apprend de la vieille guérisseuse que sa mère avait auparavant subi le même sort. Elle ne peut se résoudre à l'idée que Rosute en grandissant soit également victime de ces violences. Mariute prend alors une grave décision : d'un coup de hache elle abat Barbe Zef.

 

« Je voulais faire un film de ce roman quand j'étais encore au centre expérimental de cinématographie, parce que l'action se déroulait en montagne, le monde que je connais le mieux. Mais surtout parce que c'est une histoire toute remplie de pitié et de compassion. Nous vivons une époque marquée par la perte et la décadence des valeurs. Et tout de suite après, on trouve le remords. Bref, la pitié et le remords sont les valeurs de base, les liens qui gardent vivants les rapports entre les hommes et ce sont peut-être les points de départ d'une nouvelle échelle de valeurs dans laquelle les hommes pourront se reconnaître entre eux. »

Vittorio Cottafavi, propos recueillis par Edoardo Bruno, Film critica, février-mars 1982

Il y a une constante dans la recherche de  Cottafavi : c'est la présence du mistique dans le réel, de l'homme seul qui s'oppose aux puissances, de  l'histoire qui s'écrit au jour le jour, dans une épopée du quotidien.            . C'est dans cette optique que je retrouve l'influence de Rossellini, non seulement comme leçon morale mais aussi et surtout comme leçon stylistique : la nécessité de retrouver l'objet, la chose réelle, meme dans l'imaginaire et de rendre sensibles, visibles, physiques les sentiments et les  pensées… Parler de  Maria Zef, c'est parler de ce type de cinéma de son écriture poétique. Edoardo Bruno, Film critica, février-mars 1982  

Vittorio Cottafavi (1914-1998). Assistant de Blasetti et de De Sica, il réalise d'abord des films intimistes (I nostri sogni, 1943 - La fiamma che non si spegne, 1949) avant d'être célèbre pour ses films d'aventures (Le legioni di Cleopatra, 1959 - I cento cavalieri, 1964). Par la suite il se consacre exclusivement à la télévision en mettant en scène des pièces classiques. Ses deux derniers films, Maria Zef (1981) et Il diavolo sulle colline (1985), ont été produits par la RAI.

    • MARIA ZEF

      Dans la Carnia, un massif montagneux du Frioul, au début du siècle dernier. C'est la fin de l'été. Une adolescente, Mariute (Renata Chiappino), sa mère et la petite Rosute (Anna Bellina) descendent dans la vallée en tirant une charrette chargée d'objets en bois sculptés à vendre aux bords des routes. Le père est mort en Amérique où il avait émigré. La mère, épuisée, est emportée par un mal mystérieux. Après avoir été hébergées par des religieuses, les deux jeunes filles sont recueillies par leur oncle paternel, Barbe Zef (Siro Angeli), dans une masure perdue dans la montagne. Mariute devient le souffre-douleur de son oncle. Une nuit il abuse d'elle. Mariute apprend de la vieille guérisseuse que sa mère avait auparavant subi le même sort. Elle ne peut se résoudre à l'idée que Rosute en grandissant soit également victime de ces violences. Mariute prend alors une grave décision : d'un coup de hache elle abat Barbe Zef.

       

      « Je voulais faire un film de ce roman quand j'étais encore au centre expérimental de cinématographie, parce que l'action se déroulait en montagne, le monde que je connais le mieux. Mais surtout parce que c'est une histoire toute remplie de pitié et de compassion. Nous vivons une époque marquée par la perte et la décadence des valeurs. Et tout de suite après, on trouve le remords. Bref, la pitié et le remords sont les valeurs de base, les liens qui gardent vivants les rapports entre les hommes et ce sont peut-être les points de départ d'une nouvelle échelle de valeurs dans laquelle les hommes pourront se reconnaître entre eux. »

      Vittorio Cottafavi, propos recueillis par Edoardo Bruno, Film critica, février-mars 1982

      Il y a une constante dans la recherche de  Cottafavi : c'est la présence du mistique dans le réel, de l'homme seul qui s'oppose aux puissances, de  l'histoire qui s'écrit au jour le jour, dans une épopée du quotidien.            .

      C'est dans cette optique que je retrouve l'influence de Rossellini, non seulement comme leçon morale mais aussi et surtout comme leçon stylistique : la nécessité de retrouver l'objet, la chose réelle, meme dans l'imaginaire et de rendre sensibles, visibles, physiques les sentiments et les  pensées… Parler de  Maria Zef, c'est parler de ce type de cinéma de son écriture poétique.

      Edoardo Bruno, Film critica, février-mars 1982

       

      Vittorio Cottafavi (1914-1998). Assistant de Blasetti et de De Sica, il réalise d'abord des films intimistes (I nostri sogni, 1943 - La fiamma che non si spegne, 1949) avant d'être célèbre pour ses films d'aventures (Le legioni di Cleopatra, 1959 - I cento cavalieri, 1964). Par la suite il se consacre exclusivement à la télévision en mettant en scène des pièces classiques. Ses deux derniers films, Maria Zef (1981) et Il diavolo sulle colline (1985), ont été produits par la RAI.

    • Réalisation
      Vittorio Cottafavi
    • Scénario
      Siro Angeli, Vittorio Cottafavi d'après le roman de Paola Drigo
    • Image
      Nando Forni
    • Montage
      Paolo Mercadini
    • Musique
      Francesco Baseggio
    • Producteur (s)
      Vittorio Petrio
    • Productions
      Rai Tre
    • Interprètes
      Renata Chiappino, Siro Angeli, Neda Meneghesso, Anna Bellina, Cesare Bovenzi, Maurizio Scarsini, Odilla Ferigo, Natalia Chiarandini, Italo Tavoschi, Eddy Bortolussi
    • Année
      1981
    • Durée
      1h 16
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Quand on tuera le cochon, tu viendras avec Barbe Zef ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom