NÈ TERRA NÈ CIELO

0h 1min
2021
Story of NÈ TERRA NÈ CIELO
NÈ TERRA NÈ CIELO Simone travaille en usine. C'est un homme simple et doux, un bon père de famil­le. Mais un triste jour il découvre que sa femme le trompe, qui plus est avec son copain, le délégué syndical. Comme si cela ne suffisait pas, il reçoit sa lettre de licen­ciement. Trop c'est trop. Simone est en pleine déprime mais il veut réagir de façon spec­taculaire. Pour manifester son malaise, il monte sur la cheminée de l'usine et s'y installe. En bas, c'est l'affolement. Le patron et les autorités essayent de le déloger mais n'y parviennent pas, car Simone devient très vite un symbole politique de protes­tation radicale. De fait, le curé, les syndicalistes et les politiciens de tout poil arri­vent très vite au pied de la cheminée. D'autant plus que la télé est là, et comme Simone garde le silence, tous se chargent de parler pour lui, donnant à son geste la signification qui leur convient. La vie de symbole est dure, car on ne s'appartient plus. Simone, là-haut, ne sait pas vraiment ce qui se passe en bas, mais il comprend assez vite que ses mes­sages sont détournés ou occultés et que son histoire lui échappe.   Sur le ton de la comédie, Giuseppe Ferlito traite d'un problème grave de notre socié­té, sur les traces de Bourdieu ou de Chomsky. L'intervention des médias manipule et altère la nature de la protestation du protagoniste. L'horreur du vide amène à recouvrir les images de l'événement d'un commentaire aussi dense qu'infondé qui finit par occulter l'événement lui-même. Les sentiments et les problèmes per­sonnels sont phagocytés par un mécanisme pervers asservi aux lois de l'intérêt et de l'ostentation. Cette histoire, Giuseppe Ferlito l'a écrite il y a une dizaine d'années et il l'avait tournée en vidéo. Son film a été récompensé dans de nombreux festivals. Maintenant il la transforme en film. Le tournage a associé une équipe professionnelle et les élèves du Laboratorio cinematografico 'IMMAGINA' de Florence.   Giuseppe Ferlito est né en Sicile en 1954. Après une formation en architecture à Florence il participe à des ateliers théâtraux et au milieu des années 80 il passe au court-métrage en super 8 et vidéo, anime des ateliers pour jeunes, tourne des spots pour des campagnes citoyennes ou des clips musicaux.  En 1998 il réalise son premier long-métrage, Femmina, avec Monica guerritore.
    • NÈ TERRA NÈ CIELO

      Simone travaille en usine. C'est un homme simple et doux, un bon père de famil­le. Mais un triste jour il découvre que sa femme le trompe, qui plus est avec son copain, le délégué syndical. Comme si cela ne suffisait pas, il reçoit sa lettre de licen­ciement.

      Trop c'est trop. Simone est en pleine déprime mais il veut réagir de façon spec­taculaire. Pour manifester son malaise, il monte sur la cheminée de l'usine et s'y installe.

      En bas, c'est l'affolement. Le patron et les autorités essayent de le déloger mais n'y parviennent pas, car Simone devient très vite un symbole politique de protes­tation radicale. De fait, le curé, les syndicalistes et les politiciens de tout poil arri­vent très vite au pied de la cheminée. D'autant plus que la télé est là, et comme Simone garde le silence, tous se chargent de parler pour lui, donnant à son geste la signification qui leur convient.

      La vie de symbole est dure, car on ne s'appartient plus. Simone, là-haut, ne sait pas vraiment ce qui se passe en bas, mais il comprend assez vite que ses mes­sages sont détournés ou occultés et que son histoire lui échappe.

       

      Sur le ton de la comédie, Giuseppe Ferlito traite d'un problème grave de notre socié­té, sur les traces de Bourdieu ou de Chomsky. L'intervention des médias manipule et altère la nature de la protestation du protagoniste. L'horreur du vide amène à recouvrir les images de l'événement d'un commentaire aussi dense qu'infondé qui finit par occulter l'événement lui-même. Les sentiments et les problèmes per­sonnels sont phagocytés par un mécanisme pervers asservi aux lois de l'intérêt et de l'ostentation.

      Cette histoire, Giuseppe Ferlito l'a écrite il y a une dizaine d'années et il l'avait tournée en vidéo. Son film a été récompensé dans de nombreux festivals. Maintenant il la transforme en film. Le tournage a associé une équipe professionnelle et les élèves du Laboratorio cinematografico 'IMMAGINA' de Florence.

       

      Giuseppe Ferlito est né en Sicile en 1954. Après une formation en architecture à Florence il participe à des ateliers théâtraux et au milieu des années 80 il passe au court-métrage en super 8 et vidéo, anime des ateliers pour jeunes, tourne des spots pour des campagnes citoyennes ou des clips musicaux. 

      En 1998 il réalise son premier long-métrage, Femmina, avec Monica guerritore.

    • Réalisation
      Giuseppe Ferlito
    • Scenario
      Giuseppe Ferlito
    • Image
      Pietro Sciortino
    • Montage
      Giuseppe Ferlito
    • Musique
      Fabio Enrico Cortese
    • Producer (s)
      Giuseppe Ferlito, Pasquale Scimeca
    • Productions
      Immagina Cinematografica Production, Arbash Société Coopérative, avec la contriution du Ministere per i Beni e le Attività Culturali
    • Vente à l’étranger
      Lantia Cinema et Audiovisivi
    • Interprètes
      Davide Gemmani, Antonella D'Arcangelo, Fabio Fulco, Giuliana Patara, Carlo Monni, Alessandro Tartari, Carlo Morandi, Massimiliano Galfano
    • Année
      2001
    • Durée
      1h 30
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom