OCI CIORNIE

LES YEUX NOIRS

0h 1min
2021
Story of OCI CIORNIE
OCI CIORNIE LES YEUX NOIRS Romano, un Italien d’âge moyen, raconte l’histoire de sa vie à un commerçant russe, dans la salle à manger d’un transatlantique. Romano avait épousé Elisa, une femme très riche, et menait une vie de prince consort. Puis, un jour, dans une station thermale, il avait connu une jeune Russe, qui n’avait jamais pour compagnie que son petit chien. Après avoir passé avec l’Italien une folle nuit d’amour, la jeune femme avait disparu, en lui laissant une lettre d’adieu. L’homme, ne parvenant pas à l’oublier, était allé la chercher en Russie et l’avait trouvée. Les deux amants avaient décidée de fuir ensemble et Romano était revenu en Italie uniquement pour divorcer. Mais les circonstances l’avaient poussé à rester auprès de sa femme et il n’avait plus donné signe de vie à la jeune Russe. A la longue, n’y tenant plus,, il avait abandonné son épouse et s’était engagé comme steward à bord de ce bateau. Le commerçant, qui est en voyage de noces, va chercher sa femme pour dîner ; quand le couple entre dans la salle à manger, Romano pâlit en voyant l’épouse du Russe : ce n’est autre, en effet, qu’Anna, la "dame au petit chien".     « Voici que sort aujourd’hui l’un des plus beaux films du monde, l’une de ces œuvres trop rares, qui, miraculeusement, font l’unanimité et unissent dans un même enthousiasme les jeunes et les vieux, les cinéphiles et le public du samedi soir. (…) Ovationné par le public de Cannes, encensé par la critique, Les Yeux Noirs a fait rire tout haut et pleurer tout bas tous les festivaliers. Tous…sauf les jurés. A moins – et c’est plus vraisemblable – qu’ils n’aient eu honte de leur plaisir. (…) Ne boudez pas votre bonheur. Laissez-vous emporter par ce tourbillon de beauté, d’invention, de charme slave et de grâce italienne. Laissez-vous séduire, enchanter, éblouir. » Claude-Marie TREMOIS (Télérama – Septembre 1987)
    • OCI CIORNIE

      LES YEUX NOIRS

      Romano, un Italien d’âge moyen, raconte l’histoire de sa vie à un commerçant russe, dans la salle à manger d’un transatlantique. Romano avait épousé Elisa, une femme très riche, et menait une vie de prince consort. Puis, un jour, dans une station thermale, il avait connu une jeune Russe, qui n’avait jamais pour compagnie que son petit chien. Après avoir passé avec l’Italien une folle nuit d’amour, la jeune femme avait disparu, en lui laissant une lettre d’adieu. L’homme, ne parvenant pas à l’oublier, était allé la chercher en Russie et l’avait trouvée. Les deux amants avaient décidée de fuir ensemble et Romano était revenu en Italie uniquement pour divorcer. Mais les circonstances l’avaient poussé à rester auprès de sa femme et il n’avait plus donné signe de vie à la jeune Russe. A la longue, n’y tenant plus,, il avait abandonné son épouse et s’était engagé comme steward à bord de ce bateau.

      Le commerçant, qui est en voyage de noces, va chercher sa femme pour dîner ; quand le couple entre dans la salle à manger, Romano pâlit en voyant l’épouse du Russe : ce n’est autre, en effet, qu’Anna, la "dame au petit chien".

       

       

      « Voici que sort aujourd’hui l’un des plus beaux films du monde, l’une de ces œuvres trop rares, qui, miraculeusement, font l’unanimité et unissent dans un même enthousiasme les jeunes et les vieux, les cinéphiles et le public du samedi soir. (…)

      Ovationné par le public de Cannes, encensé par la critique, Les Yeux Noirs a fait rire tout haut et pleurer tout bas tous les festivaliers. Tous…sauf les jurés. A moins – et c’est plus vraisemblable – qu’ils n’aient eu honte de leur plaisir. (…) Ne boudez pas votre bonheur. Laissez-vous emporter par ce tourbillon de beauté, d’invention, de charme slave et de grâce italienne. Laissez-vous séduire, enchanter, éblouir. »

      Claude-Marie TREMOIS (Télérama – Septembre 1987)

    • Réalisation
      Nikita Mikhalkov
    • Scénario
      Nikita Mikhalkov, Alexander Adabachian, Suso Cecchi D’Amico inspiré de récits de A. Tchekhov
    • Image
      Franco Di Giacomo
    • Montage
      Enzo Meniconi
    • Musique
      Francis Lai
    • Producteur (s)
      Silvia D'Amico, Carlo Cucchi
    • Productions
      Excelsior Film TV – Rai Uno
    • Interprètes
      Marcello Mastroianni, Silvana Mangano, Marthe Keller, Elena Sofonova, Pina Cei, Vsevolod Larionov, Roberto Herlitzka
    • Année
      1986/1987
    • Durée
      1h 54
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom