OVOSODO

0h 1min
1997
Story of OVOSODO
OVOSODO Ovosodo, c’est le surnom de Piero (Edoardo Gabbriellini), du nom du quartier populaire de Livourne où il est né en 1974. Orphelin de mère, il vit avec la compagne de son père qui lui est en prison. Au lycée, Giovanna Fornari (Nicoletta Braschi) sa jeune prof de lettres remarque son goût pour les études et elle le prend sous son aile. Mais Piero tombe sous la coupe de Tommaso (Marco Cocci), un camarade de classe rebelle qui cache à tous qu’il est le fils d’un riche industriel. Un soir, Giovanna les invite chez elle et Tommaso essaie de la séduire. Dès lors Piero se sent trahi, d’autant plus qu’il finit par découvrir qui est Tommaso. Piero vit un mauvais moment qui influe sur ses études et échoue au bac. Tommaso en revanche réussit et va partir poursuivre ses études aux USA. Giovanna est en dépression et est hospitalisée. C’est le moment du service militaire et à son retour Piero apprend le décès de Giovanna. Il cherche du travail et est embauché dans l’usine du père de Tommaso. Il renoue avec une amie d’enfance, Susy (Claudia Pandolfi) et un jour il l’aide à déménager. Ironie du sort, Susy va habiter dans l’ancien appartement de Giovanna. C’est justement là que sa vie avait pris un tournant et c’est là qu’elle va en prendre un autre.   Paolo Virzì : "Ce qui était émouvant, c’est que sur les lieux du tournage arrivaient des personnes que j’avais connues dans mon enfance et que j’avais oubliées. Pendant que je tournais, je les trouvais là, devant l’écran du moniteur, comme des fantômes de mon passé. C’était super, parce que je tournais dans les quartiers, sur les murettes et dans les cours d’immeubles où j’avais été enfant."   Edoardo Gabbriellini (acteur) : "J’ai du mal à parler de ce film. Autour de lui il y a un brouillard pire que celui qui entoure l’île de King Kong. Une aura mythique. Il est encore gravé dans le cœur des Livournais. Parce que c’est un film sincère. J’ai connu un jeune qui a quelques années de moins que moi et qui m’a raconté que quand il avait quatorze ans, il regardait Ovosodo tous les samedis. Il connaissait par cœur les dialogues."
 
    • OVOSODO

      Ovosodo, c’est le surnom de Piero (Edoardo Gabbriellini), du nom du quartier populaire de Livourne où il est né en 1974. Orphelin de mère, il vit avec la compagne de son père qui lui est en prison. Au lycée, Giovanna Fornari (Nicoletta Braschi) sa jeune prof de lettres remarque son goût pour les études et elle le prend sous son aile. Mais Piero tombe sous la coupe de Tommaso (Marco Cocci), un camarade de classe rebelle qui cache à tous qu’il est le fils d’un riche industriel. Un soir, Giovanna les invite chez elle et Tommaso essaie de la séduire. Dès lors Piero se sent trahi, d’autant plus qu’il finit par découvrir qui est Tommaso. Piero vit un mauvais moment qui influe sur ses études et échoue au bac. Tommaso en revanche réussit et va partir poursuivre ses études aux USA. Giovanna est en dépression et est hospitalisée. C’est le moment du service militaire et à son retour Piero apprend le décès de Giovanna. Il cherche du travail et est embauché dans l’usine du père de Tommaso. Il renoue avec une amie d’enfance, Susy (Claudia Pandolfi) et un jour il l’aide à déménager. Ironie du sort, Susy va habiter dans l’ancien appartement de Giovanna. C’est justement là que sa vie avait pris un tournant et c’est là qu’elle va en prendre un autre.

       

      Paolo Virzì :

      "Ce qui était émouvant, c’est que sur les lieux du tournage arrivaient des personnes que j’avais connues dans mon enfance et que j’avais oubliées. Pendant que je tournais, je les trouvais là, devant l’écran du moniteur, comme des fantômes de mon passé. C’était super, parce que je tournais dans les quartiers, sur les murettes et dans les cours d’immeubles où j’avais été enfant."

       

      Edoardo Gabbriellini (acteur) :

      "J’ai du mal à parler de ce film. Autour de lui il y a un brouillard pire que celui qui entoure l’île de King Kong. Une aura mythique. Il est encore gravé dans le cœur des Livournais. Parce que c’est un film sincère. J’ai connu un jeune qui a quelques années de moins que moi et qui m’a raconté que quand il avait quatorze ans, il regardait Ovosodo tous les samedis. Il connaissait par cœur les dialogues."

       

    • Réalisation
      Paolo Virzì
    • Scénario
      Francesco Bruni, Furio Scarpelli, Paolo Virzì
    • Image
      Italo Petriccione
    • Montage
      Jacopo Quadri
    • Musique
      Battista Lena, Snaporaz
    • Producteur (s)
      Rita Rusic, Vittorio Cecchi Gori
    • Productions
      Cecchi Gori Group - Tiger Cinematografica
    • Vente à l’étranger
      Mediaset
    • Interprètes
      Barbara Scoppa, Monica Brachini, Pietro Fornaciari, Alessio Fantozzi, Jonathan De Giuli, Edoardo Gabbriellini, Giorgio Algranti, Emanuele Barresi, Claudia Biagiotti, Isabella Cecchi, Joanna Chatton, Ginevra Colonna, Marco Conte, Marco Cocci, Regina Orioli, Claudia Pandolfi, Nicoletta Braschi, Enrica Pandolfi
    • Année
      1997
    • Durée
      1h 43
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      T’ajoutes un subjonctif et toute ta vie t’es pris pour un pédé.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom