PASOLINI, UN DELITTO ITALIANO

PASOLINI, UN DELITTO ITALIANO

PASOLINI, MORT D'UN POÈTE

Marco Tullio Giordana

0h 1min
1995
Story of PASOLINI, UN DELITTO ITALIANO
PASOLINI, UN DELITTO ITALIANO PASOLINI, MORT D'UN POÈTE

Il y a tout juste vingt ans, le 2 novembre 1975 au matin, à Ostie, on retrouvait le cadavre de Pier Paolo Pasolini, le poète homosexuel si dérangeant. L'enquête et le procès concluent à la culpabilité de Pino Pelosi, l'un des ragazzi di Borgata, un sous-prolétaire, que Pasolini fréquentait. C'est ce qu'affirmait Pelosi et que confirmait la magistrature. Vérité commode, qui permettait de classer ce meurtre sous la rubrique des histoires de mœurs et d'associer dans la même condamnation le criminel et sa victime "qui l'avait bien cherché".

Mêlant à la fiction beaucoup d'images de l'époque des faits, le film n'entend pas proposer et défendre une hypothèse d'explication, mais plutôt s'interroger sur les mœurs politiques et sociales d'une époque marquée par beaucoup de drames restés mystérieux.

À ce propos, Marco Tullio Giordana dit : "J'ai déjà fait un film sur Pasolini. En 1980, il s'appelait Maledetti vi amero, c'était mon premier film. J'ai déjà vu ces images horribles du cadavre, je les ai déjà filmées. Avec celui d'Aldo Moro, l'autre grand crime éponyme de la décennie, l'assassinat de Pasolini planait sur le film pour circonscrire le désarroi, la confusion et la fureur des années 70, pour en symboliser les tendances criminelles et vénéneuses. À certains, il paraissait hasardeux d'associer deux personnages différents et deux crimes de caractères tout à fait opposés : je me souviens encore des reproches sur le choix de ces deux images paternelles virtuelles, des sarcasmes à propos de l'ingénuité de ma passion civique, de mon œdipe confus et schizoïde.

Encore aujourd'hui, je ne crois pas avoir commis la gaffe. Presque quinze ans après ce film, je me suis demandé s'il était encore possible, je ne dit pas de connaître la vérité, mais au moins de savoir pourquoi on ne l'a pas connue et, pourquoi, peut-être, on ne la connaîtra jamais.

"Savoir si nos institutions se taisent par dessein insondable, par fatalité, par dérive, ou par connivence. Et même si les institutions ne sont pas à leur tour un magma volcanique où agissent des pulsions opposées, jalousies, rivalités, guerres de clans. Et si aujourd'hui ce n'est pas plutôt évident et visible par tous - et donc inacceptable - ce que Pasolini a proclamé infatigablement lorsqu'il était parmi les seuls - sinon le seul - à voir et à savoir."

 

    • PASOLINI, UN DELITTO ITALIANO

      PASOLINI, MORT D'UN POÈTE

      Il y a tout juste vingt ans, le 2 novembre 1975 au matin, à Ostie, on retrouvait le cadavre de Pier Paolo Pasolini, le poète homosexuel si dérangeant. L'enquête et le procès concluent à la culpabilité de Pino Pelosi, l'un des ragazzi di Borgata, un sous-prolétaire, que Pasolini fréquentait. C'est ce qu'affirmait Pelosi et que confirmait la magistrature. Vérité commode, qui permettait de classer ce meurtre sous la rubrique des histoires de mœurs et d'associer dans la même condamnation le criminel et sa victime "qui l'avait bien cherché".

      Mêlant à la fiction beaucoup d'images de l'époque des faits, le film n'entend pas proposer et défendre une hypothèse d'explication, mais plutôt s'interroger sur les mœurs politiques et sociales d'une époque marquée par beaucoup de drames restés mystérieux.

      À ce propos, Marco Tullio Giordana dit : "J'ai déjà fait un film sur Pasolini. En 1980, il s'appelait Maledetti vi amero, c'était mon premier film. J'ai déjà vu ces images horribles du cadavre, je les ai déjà filmées. Avec celui d'Aldo Moro, l'autre grand crime éponyme de la décennie, l'assassinat de Pasolini planait sur le film pour circonscrire le désarroi, la confusion et la fureur des années 70, pour en symboliser les tendances criminelles et vénéneuses. À certains, il paraissait hasardeux d'associer deux personnages différents et deux crimes de caractères tout à fait opposés : je me souviens encore des reproches sur le choix de ces deux images paternelles virtuelles, des sarcasmes à propos de l'ingénuité de ma passion civique, de mon œdipe confus et schizoïde.

      Encore aujourd'hui, je ne crois pas avoir commis la gaffe. Presque quinze ans après ce film, je me suis demandé s'il était encore possible, je ne dit pas de connaître la vérité, mais au moins de savoir pourquoi on ne l'a pas connue et, pourquoi, peut-être, on ne la connaîtra jamais.

      "Savoir si nos institutions se taisent par dessein insondable, par fatalité, par dérive, ou par connivence. Et même si les institutions ne sont pas à leur tour un magma volcanique où agissent des pulsions opposées, jalousies, rivalités, guerres de clans. Et si aujourd'hui ce n'est pas plutôt évident et visible par tous - et donc inacceptable - ce que Pasolini a proclamé infatigablement lorsqu'il était parmi les seuls - sinon le seul - à voir et à savoir."

       

    • Réalisation
      Marco Tullio Giordana
    • Scénario
      Sandro Petraglia, Stefano Rulli, Marco Tullio Giordana
    • Image
      Franco Lecca
    • Montage
      Cecilia Zanuso
    • Musique
      Ennio Morricone
    • Producteur (s)
      Claudio Bonivento, Rita et Vittorio Cecchi Gori, Jean-François Lepetit
    • Productions
      Numéro Cinque, Cecchi Gori Group, Flach Film (France)
    • Distribution France
      Les Films Number One
    • Interprètes
      Carlo De Filippi, Nicoletta Braschi, Toni Bertorelli, Andrea Occhipinti, Victor Cavallo, Rosa Pianetti, Giulio Scarpati, Francesco Siciliano, Umberto Orsini, Claudio Amendola, Ivano Marescotti, Claudio Bigagli
    • Année
      1995
    • Durée
      1h 39
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom