459

QUALE AMORE

Maurizio Sciarra

0h 1min
2021
Story of QUALE AMORE
QUALE AMORE Un homme jeune, dans un aéroport, en attendant l’embarquement qui a été retardé, s’ouvre à un homme âgé qui le regardait intrigué. Il lui raconte sa vie. Il s’appelle Andrea, il vient d’un famille bourgeoise de Lugano, et il occupait un poste important dans une banque. Un jour, il a eu le coup de foudre pour Antonia, une pianiste qu’il a vue lors d’un concert sur une place de la ville. L’attirance a été réciproque et Andrea et Antonia se sont mariés. Andrea a installé leur bonheur dans une belle villa à l’écart de la ville et Antonia a renoncé à sa carrière car trois enfants sont nés. La routine s’installe et peu à peu Antonia se sent à l’étroit dans sa vie de mère de famille. Andrea lui permet de reprendre contact avec le milieu de la musique. Antonia se remet à son piano, souvent en compagnie de Daniel Chavarria, un violoniste célèbre. Cette relation qui s’instaure entre Daniel et Antonia exclut Andrea qui devient jaloux jusqu’à la folie, jusqu’au meurtre…     « J’avais envie de faire un film contemporain et j’étais à la recherche d’un texte qui m’aurait permis de me confronter à la réalité d’aujourd’hui. Comme les protagonistes étaient un homme et une femme, je craignais de tomber dans la banalité. Alors j’ai pensé à ce chef-d’œuvre de la littérature qu’est Sonate à Kreutzer de Tolstoï. Il y avait un certain temps que je l’avais lu et j’y ai retrouvé tout ce que je voulais raconter : la naissance d’une grande passion, le développement d’une relation de couple, l’ennui de la vie quotidienne et la lassitude qui en découle, mais aussi les nouvelles raisons de s’entendre avec son partenaire. J’ai choisi un texte excessif. En effet, le protagoniste va jusqu’au bout de son parcours, le meurtre de sa femme, du fait qu’il n’arrive plus à vivre avec elle. Selon moi, le cinéma doit trouver une forme de récit extrême, qui excède le quotidien. J’ai trouvé chez Tolstoï les passions humaines aux fortes teintes, le grand art de la narration ainsi que l’occasion de traiter un thème universel : la vie de couple au jour le jour, la manière de vivre sa passion, son amour ». Maurizio Sciarra, Cineuropa, octobre 2005
    • QUALE AMORE

      Un homme jeune, dans un aéroport, en attendant l’embarquement qui a été retardé, s’ouvre à un homme âgé qui le regardait intrigué.

      Il lui raconte sa vie.

      Il s’appelle Andrea, il vient d’un famille bourgeoise de Lugano, et il occupait un poste important dans une banque. Un jour, il a eu le coup de foudre pour Antonia, une pianiste qu’il a vue lors d’un concert sur une place de la ville. L’attirance a été réciproque et Andrea et Antonia se sont mariés. Andrea a installé leur bonheur dans une belle villa à l’écart de la ville et Antonia a renoncé à sa carrière car trois enfants sont nés. La routine s’installe et peu à peu Antonia se sent à l’étroit dans sa vie de mère de famille. Andrea lui permet de reprendre contact avec le milieu de la musique. Antonia se remet à son piano, souvent en compagnie de Daniel Chavarria, un violoniste célèbre. Cette relation qui s’instaure entre Daniel et Antonia exclut Andrea qui devient jaloux jusqu’à la folie, jusqu’au meurtre…

       

       

      « J’avais envie de faire un film contemporain et j’étais à la recherche d’un texte qui m’aurait permis de me confronter à la réalité d’aujourd’hui. Comme les protagonistes étaient un homme et une femme, je craignais de tomber dans la banalité. Alors j’ai pensé à ce chef-d’œuvre de la littérature qu’est Sonate à Kreutzer de Tolstoï. Il y avait un certain temps que je l’avais lu et j’y ai retrouvé tout ce que je voulais raconter : la naissance d’une grande passion, le développement d’une relation de couple, l’ennui de la vie quotidienne et la lassitude qui en découle, mais aussi les nouvelles raisons de s’entendre avec son partenaire. J’ai choisi un texte excessif. En effet, le protagoniste va jusqu’au bout de son parcours, le meurtre de sa femme, du fait qu’il n’arrive plus à vivre avec elle. Selon moi, le cinéma doit trouver une forme de récit extrême, qui excède le quotidien. J’ai trouvé chez Tolstoï les passions humaines aux fortes teintes, le grand art de la narration ainsi que l’occasion de traiter un thème universel : la vie de couple au jour le jour, la manière de vivre sa passion, son amour ».

      Maurizio Sciarra, Cineuropa, octobre 2005

    • Réalisation
      Maurizio Sciarra
    • Scénario
      Claudio Piersanti Maurizio Sciarra librement adapté du roamn Sonate à Kreutzer de Léon Tolstoi
    • Image
      Alessio Gelsini Torresi
    • Montage
      Marco Spoletini
    • Musique
      Lele Marchitelli
    • Producteur (s)
      Lionello Cerri
    • Productions
      Lumiere&co, Rai Cinema, Amka Films Productions,
    • Interprètes
      Giorgio Pasotti,,Vanessa Incontrada, Arnoldo Foà,, Maria Schneider,, Antoni Gracia,, Magda Mercatili
    • Année
      2006
    • Durée
      1h 40
    • Pays de production
      Italie, Suisse
    • Format
      VOSTF
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom