ROMANZO POPOLARE

ROMANCES ET CONFIDENCES

Mario Monicelli

0h 1min
1974
Story of ROMANZO POPOLARE
ROMANZO POPOLARE ROMANCES ET CONFIDENCES Giulio Basletti, ouvrier milanais de 51 ans, épouse sa filleule Vincenzina, 16 ans, venue d'un village du Sud. La différence d'âge est énorme, néanmoins ils s'aiment et leur histoire d'amour a même l'honneur des gazettes. Bientôt de leur union nait un garçon prénommé Francesco. À Milan comme ailleurs en Italie il y a de fortes tensions sociales et Giulio est de toutes les manifestations qui se concluent souvent par des échauffourées avec la police. Lors de l'une d'elles, un agent, Giovanni Pizzullo, méridional comme de bien entendu, est blessé par un objet lancé par un manifestant. Il ramasse la pièce métallique qui l'a touché, l'identifie et il peut ainsi remonter jusqu'à celui qui l'a lancée, un ami de Giulio. Mais l'affaire s'arrête là. Giulio et ses amis, supporters du Milan AC se rendent au stade un dimanche. Dans un café, ils retrouvent le jeune carabinier, seul et triste. Il leur fait pitié et ils l'intègrent dans leur groupe de supporters, l'invitent à la maison, jouent aux cartes avec lui. C'est ainsi qu'un soir il fait la connaissance de Vincenzina. Elle est belle et jeune, il est jeune et beau. Si bien que lorsque Giulio part pour l'enterrement d'une tante...   "Le système du récit est par lui-même une dénonciation de la presse dite 'du cœur' ; mais par ce biais, Monicelli s'attaque à toutes les autres formes d'aliénation et dénonce certains aspects caractéristiques de la vie italienne. Le cinéaste et ses coscénaristes font sentir constamment le conditionnement dont sont victimes Giulio et Vincenzina, conditionnement soit séculaire (la situation de la femme, le machisme latin) soit social (la vie dans la banlieue ouvrière de Milan). Au fond, c'est tout ce sur quoi la démocratie chrétienne a assis son pouvoir en Italie depuis des années". André CORNAND, La revue du Cinéma, Saison 78
    • ROMANZO POPOLARE

      ROMANCES ET CONFIDENCES

      Giulio Basletti, ouvrier milanais de 51 ans, épouse sa filleule Vincenzina, 16 ans, venue d'un village du Sud. La différence d'âge est énorme, néanmoins ils s'aiment et leur histoire d'amour a même l'honneur des gazettes. Bientôt de leur union nait un garçon prénommé Francesco.

      À Milan comme ailleurs en Italie il y a de fortes tensions sociales et Giulio est de toutes les manifestations qui se concluent souvent par des échauffourées avec la police. Lors de l'une d'elles, un agent, Giovanni Pizzullo, méridional comme de bien entendu, est blessé par un objet lancé par un manifestant. Il ramasse la pièce métallique qui l'a touché, l'identifie et il peut ainsi remonter jusqu'à celui qui l'a lancée, un ami de Giulio. Mais l'affaire s'arrête là.

      Giulio et ses amis, supporters du Milan AC se rendent au stade un dimanche. Dans un café, ils retrouvent le jeune carabinier, seul et triste. Il leur fait pitié et ils l'intègrent dans leur groupe de supporters, l'invitent à la maison, jouent aux cartes avec lui. C'est ainsi qu'un soir il fait la connaissance de Vincenzina. Elle est belle et jeune, il est jeune et beau. Si bien que lorsque Giulio part pour l'enterrement d'une tante...

       

      "Le système du récit est par lui-même une dénonciation de la presse dite 'du cœur' ; mais par ce biais, Monicelli s'attaque à toutes les autres formes d'aliénation et dénonce certains aspects caractéristiques de la vie italienne. Le cinéaste et ses coscénaristes font sentir constamment le conditionnement dont sont victimes Giulio et Vincenzina, conditionnement soit séculaire (la situation de la femme, le machisme latin) soit social (la vie dans la banlieue ouvrière de Milan). Au fond, c'est tout ce sur quoi la démocratie chrétienne a assis son pouvoir en Italie depuis des années".

      André CORNAND, La revue du Cinéma, Saison 78

    • Réalisation
      Mario Monicelli
    • Scénario
      Age, Furio Scarpelli, Mario Monicelli
    • Image
      Muigi Kuveiller
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Enzo Jannaci
    • Producteur (s)
      Edmondo Amato
    • Productions
      Capitolina Prtoduzioni Cinematografiche
    • Interprètes
      Ugo Tognazzi, Ornella Muti, Michele Placido, Pippo Starnazza, Franco Mazzieri, Vincenzo Crocitti, Alvaro Vitali, Gaetano Cuomo, Gennaro Cuomo
    • Année
      1974
    • Durée
      1h 45
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      "Toi, t'es comme moi. T'as dû choisir entre l'usine et la caserne. On est de la même classe, je te dis !"
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom