SESSOMATTO

SESSOMATTO

SEXE FOU

Dino Risi

Story of SESSOMATTO
SESSOMATTO SEXE FOU Madame, il est 8 heures ! : Un valet de chambre découvre que la seule façon de réveiller sa patronne est de la posséder en plein sommeil. Deux cœurs et une bicoque : Un pauvre bougre et sa femme ayant déjà une quinzaine d'enfants persévèrent dans leur implacable œuvre de reproduction. Il n'est jamais trop tard : Un jeune avocat gérontophile néglige son épouse, séduit une vieille dame puis sa mère nonagénaire. Voyage de noces : Pudique dans un lit, un marchand ambulant retrouve sa virilité seulement dans un transport public et satisfera son épouse dans l’ascenseur. Reviens ma chérie : Un employé invite une prostituée à se métamorphoser en sa femme qui l’a quitté. Travailleur italien à l'étranger : Emigré au Danemark, un italien donneur de sperme se masturbe en fantasmant sur la religieuse en cornette qui l’a accueilli à l’hôpital. La vendetta : La veuve d'un sicilien assassiné par un vieux mafieux, se venge, en lui faisant rendre l’âme après une torride nuit d’amour . Un amour difficile : Un jeune méridional, émigré à Milan, tombe amoureux d'un travesti qui s'avérera être son frère. L'invité : Un couple invite un des subalternes du mari pour réveiller sa libido. Dino Risi est le maître incontesté des films à sketches. Dix ans auparavant il avait réalisé Les monstres, un film au sarcasme féroce, suivi quatre ans plus tard par Une poule, un train... et quelques monstres, une comédie de mœurs similaire qui mettait en vedette Nino Manfredi et qui ironisait sur la libération sexuelle en plein essor. En 1973, dans Sexe fou il dirige Giancarlo Giannini, véritable histrion en veine de transformisme effréné face à Laura Antonelli, sensuelle et pleine d’esprit. Les neuf sketches de différentes durées, écrits par Ruggero Maccari, montrent une galerie de personnages obsédés par le sexe bizarre et souvent extrême, en particulier dans le sketch Un amour difficile où un jeune méridional émigré à Milan (Giannini) tombe éperdument amoureux de Gilda, un travesti magnifiquement interprété par Alberto Lionello, ainsi que dans Il n’est jamais trop tard, où un jeune avocat gérontophile aime et désire la septuagénaire Paola Borboni, tout en la trompant avec sa mère de 90 ans. Fabrizio Corallo, réalisateur Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021 « Sessomatto est une réparation que je devais au public. Après l'échec de Mordi e fuggi (Rapt à l’italienne), j'ai voulu tourner un film de pur divertissement sur le thème d'actualité qu'est le sexe, en essayant d'exploiter les possibilités d'un acteur qui au fond appartient, même s'il a vingt ans de moins, à la catégorie des monstres sacrés du cinéma italien. Giancarlo Giannini est un de ces histrions très doués qui peuvent porter à eux seuls tout un spectacle. […] J’espère que le public ne refusera pas ce film, car sinon je pourrais revenir au film sérieux sans repentir… » Dino Risi, propos recueillis par Jean A. Gili, Rome, décembre 1973 Le cinéma italien, Jean Gili, 10|18, 1978 Dino Risi s’est maintenant fait une réjouissante spécialité du film à sketches. Et Sexe fou est une cocasse mosaïque sur les bizarreries du Sexe. Neuf sketches, tous de style différent et de durée inégale. Une extraordinaire performance de Giancarlo Giannini, méconnaissable d’un récit à l’autre et un irrésistible numéro de charme de la jolie Laura Antonelli. Et chaque fois le Sexe. Le Sexe partout et toujours. Le Sexe à l’infini. [...] Chaque fois Dino Risi mise sur un bon mot qu’il s’ingénie à mettre en scène, sur une situation cocasse construite sur l’impact d’une chute finale qui ne craint pas de mêler le comique et l’atroce. Dino Risi, avec toute la distance de l’humoriste à froid, sait faire rire en traitant avec le plus grand sérieux les prolongements les plus extravagants. Raymond Lefèvre, Cinéma 74,  N°187 - Mai 1974 Distribué en France en 1974, sous le titre SEXE FOU, la version restaurée en 2020 est dénommée LE SEXE FOU
  • SESSOMATTO

    SEXE FOU

    Madame, il est 8 heures ! : Un valet de chambre découvre que la seule façon de réveiller sa patronne est de la posséder en plein sommeil.
    Deux cœurs et une bicoque : Un pauvre bougre et sa femme ayant déjà une quinzaine d'enfants persévèrent dans leur implacable œuvre de reproduction.
    Il n'est jamais trop tard : Un jeune avocat gérontophile néglige son épouse, séduit une vieille dame puis sa mère nonagénaire.
    Voyage de noces : Pudique dans un lit, un marchand ambulant retrouve sa virilité seulement dans un transport public et satisfera son épouse dans l’ascenseur.
    Reviens ma chérie : Un employé invite une prostituée à se métamorphoser en sa femme qui l’a quitté.
    Travailleur italien à l'étranger : Emigré au Danemark, un italien donneur de sperme se masturbe en fantasmant sur la religieuse en cornette qui l’a accueilli à l’hôpital.
    La vendetta : La veuve d'un sicilien assassiné par un vieux mafieux, se venge, en lui faisant rendre l’âme après torride une nuit d’amour.
    Un amour difficile : Un jeune méridional, émigré à Milan, tombe amoureux d'un travesti qui s'avérera être son frère.
    L'invité : Un couple invite un des subalternes du mari pour réveiller sa libido.

    Dino Risi est le maître incontesté des films à sketches. Dix ans auparavant il avait réalisé Les monstres, un film au sarcasme féroce, suivi quatre ans plus tard par Une poule, un train... et quelques monstres, une comédie de mœurs similaire qui mettait en vedette Nino Manfredi et qui ironisait sur la libération sexuelle en plein essor. En 1973, dans Sexe fou il dirige Giancarlo Giannini, véritable histrion en veine de transformisme effréné face à Laura Antonelli, sensuelle et pleine d’esprit. Les neuf sketches de différentes durées, écrits par Ruggero Maccari, montrent une galerie de personnages obsédés par le sexe bizarre et souvent extrême, en particulier dans le sketch Un amour difficile où un jeune méridional émigré à Milan (Giannini) tombe éperdument amoureux de Gilda, un travesti magnifiquement interprété par Alberto Lionello, ainsi que dans Il n’est jamais trop tard, où un jeune avocat gérontophile aime et désire la septuagénaire Paola Borboni, tout en la trompant avec sa mère de 90 ans.

    Fabrizio Corallo, réalisateur
    Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021

    « Sessomatto est une réparation que je devais au public. Après l'échec de Mordi e fuggi (Rapt à l’italienne), j'ai voulu tourner un film de pur divertissement sur le thème d'actualité qu'est le sexe, en essayant d'exploiter les possibilités d'un acteur qui au fond appartient, même s'il a vingt ans de moins, à la catégorie des monstres sacrés du cinéma italien. Giancarlo Giannini est un de ces histrions très doués qui peuvent porter à eux seuls tout un spectacle. […] J’espère que le public ne refusera pas ce film, car sinon je pourrais revenir au film sérieux sans repentir… »

    Dino Risi, propos recueillis par Jean A. Gili, Rome, décembre 1973
    Le cinéma italien, Jean Gili, 10|18, 1978

    Dino Risi s’est maintenant fait une réjouissante spécialité du film à sketches. Et Sexe fou est une cocasse mosaïque sur les bizarreries du Sexe. Neuf sketches, tous de style différent et de durée inégale. Une extraordinaire performance de Giancarlo Giannini, méconnaissable d’un récit à l’autre et un irrésistible numéro de charme de la jolie Laura Antonelli. Et chaque fois le Sexe. Le Sexe partout et toujours. Le Sexe à l’infini. [...]
    Chaque fois Dino Risi mise sur un bon mot qu’il s’ingénie à mettre en scène, sur une situation cocasse construite sur l’impact d’une chute finale qui ne craint pas de mêler le comique et l’atroce. Dino Risi, avec toute la distance de l’humoriste à froid, sait faire rire en traitant avec le plus grand sérieux les prolongements les plus extravagants.
    Raymond Lefèvre, Cinéma 74,  N°187 - Mai 1974

    Distribué en France en 1974, sous le titre SEXE FOU, la version restaurée en 2020 est dénommée LE SEXE FOU

  • Réalisation
    Dino Risi
  • Scénario
    Dino Risi, Ruggero Macari
  • Image
    Alfio Contini
  • Montage
    Alberto Gallitti
  • Musique
    Armando Trovajoli
  • Producteur (s)
    Pio Angeletti, Adriano De Micheli
  • Productions
    Dean Film, Cintirrena
  • Distribution France
    Les Acacias
  • Interprètes
    Giancarlo Giannini, Laura Antonelli, Alberto Lionello, Paola Borboni, Duilio Del Prete, Lino Puglisi
  • Année
    1973
  • Durée
    1h 56
  • Pays de production
    Italie
  • Citation
    « Je sais que tu caches une photo de Soraya dans ta chaussure ! Parce que j’ai la semelle trouée. »
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *.

Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

Festival du Film Italien de Villerupt

Festival du Film Italien de Villerupt
6 rue Clemenceau
54190 Villerupt


+33 (0)3 82 89 40 22
organisation@festival-villerupt.com

©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom