SOLOMETRO

0h 1min
2021
Story of SOLOMETRO
SOLOMETRO C'est par un rapport au journal que commence la journée des différents personnages solitaires qui se croisent dans le film, d'une manière ou d'une autre, aidés par le hasard ou la chance. Saïd, un jeune immigré, distribue le journal à l'entrée du métro. Il aime Anna, la fille d'Enrico, un bourgeois raciste et volage, qui trompe sa femme avec Carla, une prostituée quelque peu cynique. Andrea est un scénariste qui cherche dans les petites annonces de Solometro une prostituée prête à lui raconter son histoire ; c'est ainsi qu'il rencontre Carla et croise le destin de Enrico, puis de Massimo. Ce dernier est un jeune provincial, sosie d'un champion de moto célèbre, venu à Rome pour passer un concours ; mais il rencontre Giacomo, un fainéant qui l'entraîne dans des aventures qu'il n'avait pas prévues, et finalement vers le drame. Dans la soirée, ils rencontrent Anna, fâchée avec Saïd. Ce dernier, pour se venger, décide d'aller incendier la villa des parents d'Anna. Mais là, il découvre Elvira, la mère dAnna, qui tente de se suicider et il la sauve. Dès le lendemain, entre drames et comédies, tous ces personnages se retrouvent dans la rubrique 'faits divers' de Solometro, toujours avide d'informations croustillantes...   "Suivant la mode des histoires qui se croisent, puis confluent vers un seul barycentre narratif - à la manière du grand Altman et de tant d'autres après lui, de Magnolia à Crash - l'ex-assistant du maestro Monicelli, le jeune Cucurnia, choisit avec Solometro l'hypothèse de différents récits syntonisés. Il doit donc forcément être satirique et mélancolique, démonstratif mais aussi rapide et stéréotypé dans la description des caractères qui composent le puzzle de l'actualité [...]. Le film, tourné avec le sens du rythme, voudrait aller plus loin que la représentation des caractères caractéristique de la comédie à l'italienne, et analyser ce groupe de solitudes en portant sur les personnages un regard ironique mais aussi moral." Maurizio PORRO, Corriere della sera, 20 07 2007
    • SOLOMETRO

      C'est par un rapport au journal que commence la journée des différents personnages solitaires qui se croisent dans le film, d'une manière ou d'une autre, aidés par le hasard ou la chance. Saïd, un jeune immigré, distribue le journal à l'entrée du métro. Il aime Anna, la fille d'Enrico, un bourgeois raciste et volage, qui trompe sa femme avec Carla, une prostituée quelque peu cynique. Andrea est un scénariste qui cherche dans les petites annonces de Solometro une prostituée prête à lui raconter son histoire ; c'est ainsi qu'il rencontre Carla et croise le destin de Enrico, puis de Massimo. Ce dernier est un jeune provincial, sosie d'un champion de moto célèbre, venu à Rome pour passer un concours ; mais il rencontre Giacomo, un fainéant qui l'entraîne dans des aventures qu'il n'avait pas prévues, et finalement vers le drame. Dans la soirée, ils rencontrent Anna, fâchée avec Saïd. Ce dernier, pour se venger, décide d'aller incendier la villa des parents d'Anna. Mais là, il découvre Elvira, la mère dAnna, qui tente de se suicider et il la sauve.
      Dès le lendemain, entre drames et comédies, tous ces personnages se retrouvent dans la rubrique 'faits divers' de Solometro, toujours avide d'informations croustillantes...

       

      "Suivant la mode des histoires qui se croisent, puis confluent vers un seul barycentre narratif - à la manière du grand Altman et de tant d'autres après lui, de Magnolia à Crash - l'ex-assistant du maestro Monicelli, le jeune Cucurnia, choisit avec Solometro l'hypothèse de différents récits syntonisés. Il doit donc forcément être satirique et mélancolique, démonstratif mais aussi rapide et stéréotypé dans la description des caractères qui composent le puzzle de l'actualité [...]. Le film, tourné avec le sens du rythme, voudrait aller plus loin que la représentation des caractères caractéristique de la comédie à l'italienne, et analyser ce groupe de solitudes en portant sur les personnages un regard ironique mais aussi moral."

      Maurizio PORRO, Corriere della sera, 20 07 2007

    • Réalisation
      Marco Cucurnia
    • Scénario
      Emanuele Fantozzi, Marco Cucurnia
    • Image
      Maurizio Calvesi
    • Montage
      Stefano Porru
    • Musique
      Emilio Tieri
    • Producteur (s)
      Federica Vincenti, Michele Placido
    • Productions
      Metro Golden Minor
    • Interprètes
      Michele Placido, Anna Valle, Pietro Sermonti, Eleonora Giorgi, Paola Carleo, Augusto Fornari, Simone Lupino, Eleonora Scopelliti, Garvey Salerno
    • Année
      2006
    • Durée
      1h 25
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      "Si ma femme l'apprend, je viens chez vous et je vous fous par la fenêtre !"
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom