SPLENDOR

SPLENDOR

0h 1min
1988
Story of SPLENDOR
SPLENDOR Jordan est propriétaire d’un cinéma dans une petite ville de province, le Splendor, qui est toute sa vie. Dès l’âge de six ans, il accompagnait le cinéma ambulant de son père dans les endroits les plus reculés. Plus tard, il a assisté à l’inauguration du Splendor. Aujourd’hui Jordan est couvert de dettes et doit vendre la salle qui sera remplacée par un supermarché. Il a pourtant lutté longtemps, soutenu par Luigi, son projectionniste, qui vit intensément les films qu’il voit tous les soirs ainsi que par Chantal, l’ouvreuse. Cette ancienne danseuse française était arrivée là trente ans auparavant et y était restée par amour pour lui. Naguère son physique attirait en masse le public masculin. Maintenant les gens préfèrent regarder la télévision. Ce soir c’est la dernière séance. Jordan et ses fidèles amis se remémorent les splendeurs passées de la salle où tant de chefs-d’œuvre ont été projetés. Demain on fermera, à moins qu’à l’ultime seconde un miracle ne fasse accourir la foule pour empêcher la fermeture de son cinéma.   Scola revisite avec Splendor les thèmes et la structure de Nous nous sommes tant aimés : l’histoire de trois amis, liés au passage de l’histoire et à celui du cinéma, mais dans un lieu clos, celui précisément d’une salle. […] L’histoire de la salle se déroule en ordre dispersé, par bonds en arrière et en avant, au gré des souvenirs : l’inauguration, l’arrivée de l’ouvreuse, la concurrence des cléricaux, les Semaines soviétiques avec conférence, critique bavard et délégation étrangère, les expédients pour garder le public, avec Dario Argento et un projet d’avant-spectacle porno. Le plus beau des retours arrière est le retour du partisan engagé avec les titistes, qui entre dans une salle et y voit La vie est belle de Capra. Par là-même, est annoncé le dénouement irréaliste, cet effet magique cher à Scola. Les habitants du quartier occupent la salle, bloquent la saisie et à travers le plafond éventré, tombe en plein été la neige de Capra. […] Mais le film est aussi un début, celui d’une collaboration et d’une amitié avec Massimo Troisi. Il est dans Splendor un personnage foudroyé à trente ans par le cinéma, un fanatique qui a mesuré tous les baisers de l’écran et circule la nuit au lit dans toutes les métropoles du cinéma. Un personnage courageux, résolu, timide mais irascible, qui va devenir de plus en plus triste, le Pulcinella de Fracasse et, indécis, la jeune recrue de Che ora è. Andrée TOURNÈS, Jeune Cinéma, octobre 2002
    • SPLENDOR

      Jordan est propriétaire d’un cinéma dans une petite ville de province, le Splendor, qui est toute sa vie. Dès l’âge de six ans, il accompagnait le cinéma ambulant de son père dans les endroits les plus reculés. Plus tard, il a assisté à l’inauguration du Splendor. Aujourd’hui Jordan est couvert de dettes et doit vendre la salle qui sera remplacée par un supermarché. Il a pourtant lutté longtemps, soutenu par Luigi, son projectionniste, qui vit intensément les films qu’il voit tous les soirs ainsi que par Chantal, l’ouvreuse. Cette ancienne danseuse française était arrivée là trente ans auparavant et y était restée par amour pour lui. Naguère son physique attirait en masse le public masculin. Maintenant les gens préfèrent regarder la télévision.
      Ce soir c’est la dernière séance. Jordan et ses fidèles amis se remémorent les splendeurs passées de la salle où tant de chefs-d’œuvre ont été projetés. Demain on fermera, à moins qu’à l’ultime seconde un miracle ne fasse accourir la foule pour empêcher la fermeture de son cinéma.

       

      Scola revisite avec Splendor les thèmes et la structure de Nous nous sommes tant aimés : l’histoire de trois amis, liés au passage de l’histoire et à celui du cinéma, mais dans un lieu clos, celui précisément d’une salle. […]
      L’histoire de la salle se déroule en ordre dispersé, par bonds en arrière et en avant, au gré des souvenirs : l’inauguration, l’arrivée de l’ouvreuse, la concurrence des cléricaux, les Semaines soviétiques avec conférence, critique bavard et délégation étrangère, les expédients pour garder le public, avec Dario Argento et un projet d’avant-spectacle porno. Le plus beau des retours arrière est le retour du partisan engagé avec les titistes, qui entre dans une salle et y voit La vie est belle de Capra. Par là-même, est annoncé le dénouement irréaliste, cet effet magique cher à Scola. Les habitants du quartier occupent la salle, bloquent la saisie et à travers le plafond éventré, tombe en plein été la neige de Capra. […]
      Mais le film est aussi un début, celui d’une collaboration et d’une amitié avec Massimo Troisi. Il est dans Splendor un personnage foudroyé à trente ans par le cinéma, un fanatique qui a mesuré tous les baisers de l’écran et circule la nuit au lit dans toutes les métropoles du cinéma. Un personnage courageux, résolu, timide mais irascible, qui va devenir de plus en plus triste, le Pulcinella de Fracasse et, indécis, la jeune recrue de Che ora è.

      Andrée TOURNÈS, Jeune Cinéma, octobre 2002

    • Réalisation
      Ettore Scola
    • Scénario
      Ettore Scola
    • Image
      Luciano Tovoli
    • Montage
      Francesco Malvestito
    • Musique
      Armando Trovajoli
    • Producteur (s)
      Mario et Vittorio Cecchi Gori
    • Productions
      Cecchi Gori Group, Studio EL, RAI, Gaumont
    • Distribution France
      Gaumont
    • Interprètes
      Marcello Mastroianni, Massimo Troisi, Marina Vlady, Paolo Panelli, Pamela Villoresi, Giacomo Piperno, Mauro Bosco
    • Année
      1988
    • Durée
      1h 51
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom