SPERIAMO CHE SIA FEMMINA

POURVU QUE CE SOIT UNE FILLE

0h 2min
1986
Story of SPERIAMO CHE SIA FEMMINA
SPERIAMO CHE SIA FEMMINA POURVU QUE CE SOIT UNE FILLE Dans une vieille maison de Toscane, autrefois demeure seigneuriale, vivent Elena et ses deux filles, Franca et Malvina. Il y a aussi Fosca, la servante fidèle, et l'oncle Gugo, un vieillard qui perd au fur et à mesure la mémoire de tout ce qu'il fait. Le mari d'Elena, Leonardo descendant d'une vieille famille de nobles, vit àRome avec sa maîtresse Lolli, et revient de temps en temps au domicile familial quand il a une idée qui, selon lui, pour­rait le sortir de ses difficultés financières. Nardoni, amant d'Elena, gère la propriété en attendant le jour oùil pourra en devenir le maître. Franca a pour fiancé un uni­versitaire aux allures de demeuré qu'elle accompagne à Rome. Léonardo se tue dans un accident de voiture, Fosca apprend que son mari, émigré en Australie, s'est remarié.  Franca, enceinte, plaque son mari. Lolli arrive de Rome, ainsi que Claudia, sœur d'Elena. Elena éconduit Nardoni après avoir promis de lui vendre le domaine. Les six femmes, bientôt sept ("Pourvu que ce soit une fille"), se retrouvent entre elles dans la vieille demeure, au seuil d'une nouvelle vie avec comme seule présence masculine, le vieil oncle Gugo.   "Au centre du film, il y a la vieille maison de campagne, et la présence calme et lumi­neuse d'Elena, à laquelle l'actrice norvégienne Liv Ullmann prête ses yeux clairs et sa grâce de portrait... toscan. Outre son utilisation dramatique du décor réel, Monicelli doit être crédité de la performance des interprètes, vedettes confirmées ou actrices moins célèbres, qui ont surmonté avec aisance les difficultés d'une distribution inter­nationale prestigieuse, barrière de la langue ou règles de préséance. Par-dessus tout, il faut louer la conduite du scénario - dont les auteurs sont si nombreux qu'on ne sait à qui attribuer le mérite - qui permet de passer de la situation initiale déca­dence lente et comme anecdotique d'une vieille famille patricienne, à la situation fina­le, cette communauté de femmes qui s'est construite sans projet féministe sur les ruines de la vieille société rurale, et en marge de la société moderne urbaine, dont quelques échappées romaines permettent d'apprécier la futilité et le déséquilibre. Ajoutons que ce film, féministe, quoique Monicelli refuse de l'admettre, est d'une sérénité et d'une rigueur qui ne lui laissent aucune parenté avec les films féministes des années soixante-dix." Guy Gautier,
    • SPERIAMO CHE SIA FEMMINA

      POURVU QUE CE SOIT UNE FILLE

      Dans une vieille maison de Toscane, autrefois demeure seigneuriale, vivent Elena et ses deux filles, Franca et Malvina. Il y a aussi Fosca, la servante fidèle, et l'oncle Gugo, un vieillard qui perd au fur et à mesure la mémoire de tout ce qu'il fait. Le mari d'Elena, Leonardo descendant d'une vieille famille de nobles, vit àRome avec sa maîtresse Lolli, et revient de temps en temps au domicile familial quand il a une idée qui, selon lui, pour­rait le sortir de ses difficultés financières. Nardoni, amant d'Elena, gère la propriété en attendant le jour oùil pourra en devenir le maître. Franca a pour fiancé un uni­versitaire aux allures de demeuré qu'elle accompagne à Rome. Léonardo se tue dans un accident de voiture, Fosca apprend que son mari, émigré en Australie, s'est remarié.  Franca, enceinte, plaque son mari. Lolli arrive de Rome, ainsi que Claudia, sœur d'Elena. Elena éconduit Nardoni après avoir promis de lui vendre le domaine. Les six femmes, bientôt sept ("Pourvu que ce soit une fille"), se retrouvent entre elles dans la vieille demeure, au seuil d'une nouvelle vie avec comme seule présence masculine, le vieil oncle Gugo.

       

      "Au centre du film, il y a la vieille maison de campagne, et la présence calme et lumi­neuse d'Elena, à laquelle l'actrice norvégienne Liv Ullmann prête ses yeux clairs et sa grâce de portrait... toscan. Outre son utilisation dramatique du décor réel, Monicelli doit être crédité de la performance des interprètes, vedettes confirmées ou actrices moins célèbres, qui ont surmonté avec aisance les difficultés d'une distribution inter­nationale prestigieuse, barrière de la langue ou règles de préséance. Par-dessus tout, il faut louer la conduite du scénario - dont les auteurs sont si nombreux qu'on ne sait à qui attribuer le mérite - qui permet de passer de la situation initiale déca­dence lente et comme anecdotique d'une vieille famille patricienne, à la situation fina­le, cette communauté de femmes qui s'est construite sans projet féministe sur les ruines de la vieille société rurale, et en marge de la société moderne urbaine, dont quelques échappées romaines permettent d'apprécier la futilité et le déséquilibre. Ajoutons que ce film, féministe, quoique Monicelli refuse de l'admettre, est d'une sérénité et d'une rigueur qui ne lui laissent aucune parenté avec les films féministes des années soixante-dix."

      Guy Gautier,

    • Réalisation
      Mario Monicelli
    • Scénario
      Tullio Pinelli, Piero De Bernard!, Leo Benvenuti, Mario Monicelli, Suso Cecchi D'Amico
    • Image
      Camille Bazzoni
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Nicola Piovani
    • Producteur (s)
      Giovanni Di Clemente
    • Productions
      Clemi Cinematografica, Producteurs associés, Soprodis, Films A2
    • Interprètes
      Liv Ullmann, Catherine Deneuve, Giuliana De Sio, Philippe Noiret, Giuliano Gemma, Bernard Blier, Stefania Sandrelli, Athina Cenci,Lucrezia Lante Della Rovere, Paolo Hendel
    • Année
      1986
    • Durée
      2h 00
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom