TESTE RASATE

0h 1min
1993
Story of TESTE RASATE
TESTE RASATE Marco est un jeune marginal sans occupation de la banlieue romaine, le quartier de Tuscolano. Sa mère infirmière fait de nombreuses heures supplémentaires pour subvenir à ses besoins et à ceux d'un fils qui lui donne bien des soucis. Un jour dans le bus, Marco assiste à une scène qui va changer son existence. Un homme ivre, un émigré de l'Est, se montre entreprenant auprès d'une femme. Alors que les passagers se plongent dans une indifférence embarrassée, un jeune homme vêtu de cuir noir, la tête rasée, intervient et corrige sévèrement l'importun. Marco suit le "crâne rasé", l'épie et découvre qu'il est le chef d'un groupe de skinheads. Les "Naziskin" avec à leur tête Saverio surnommé "Fuhrer", organisent des expéditions punitives contre les immigrés et les Juifs. Subjugué par leur détermination et leur organisation, Marco essaie de se faire accepter dans le groupe. Sa conduite l'amène à envenimer ses rapports avec tous ceux de son monde habituel : les copains de bistrot, sa mère et Zaïra, la petite bonne Somalienne qu'il aime et qui constitue la seule base solide de sa vie. La haine doublée d'un complexe de culpabilité, la rancune, la colère contre une existence sans avenir, dégénèrent dans le plus sombre délire. En gage de fidélité et de loyauté à la bande qui a besoin d'argent, Marco n'hésite pas à dérober les économies de Zaïra. Surpris par la jeune fille, il l'agresse sauvagement mais il est mortellement touché d'un coup de couteau. A son enterrement, devant la foule atterrée, les "Skin" viennent lui rendre hommage.   "J'ai toujours été intéressé par les thèmes qui touchent à la jeunesse, déjà depuis mon premier film où je racontais l'histoire d'adolescents de mon quartier qui appartenaient aux mouvements d'extrême gauche en 1977. Je suis d'avis qu'il faut faire un cinéma dur, ayant de l'impact, qui puisse secouer les gens. Dans ce sens, Teste rasate est plus proche de films comme Ultra ou Mery per sempre que d'autres... Dans Passagi et dans Teste rasate ce sont des jeunes à la dérive qui cherchent des réponses à des questions précises. En 77, il existait plus de points de référence pour un adolescent ayant une sensibilité de gauche, des symboles comme Che Guevara ou Mao. Aujourd'hui avec la chute du communisme, le risque existe de voir les jeunes exalter des personnages comme Hitler ou Mussolini... Marco est un personnage privé d'identité morale et idéologique qui est fasciné par les "skin" chez qui il trouve ce qu'il croit ne pas posséder. L'intérêt du film, c'est qu'il tombe justement amoureux d'une jeune immigrée, provoquant ainsi un "double rapport contradictoire". Il est capable de violence contre les immigrés et en même temps défaire des ballades sentimentales avec Zaïra. " Claudio FRAGASSO
    • TESTE RASATE

      Marco est un jeune marginal sans occupation de la banlieue romaine, le quartier de Tuscolano. Sa mère infirmière fait de nombreuses heures supplémentaires pour subvenir à ses besoins et à ceux d'un fils qui lui donne bien des soucis. Un jour dans le bus, Marco assiste à une scène qui va changer son existence. Un homme ivre, un émigré de l'Est, se montre entreprenant auprès d'une femme. Alors que les passagers se plongent dans une indifférence embarrassée, un jeune homme vêtu de cuir noir, la tête rasée, intervient et corrige sévèrement l'importun. Marco suit le "crâne rasé", l'épie et découvre qu'il est le chef d'un groupe de skinheads. Les "Naziskin" avec à leur tête Saverio surnommé "Fuhrer", organisent des expéditions punitives contre les immigrés et les Juifs. Subjugué par leur détermination et leur organisation, Marco essaie de se faire accepter dans le groupe. Sa conduite l'amène à envenimer ses rapports avec tous ceux de son monde habituel : les copains de bistrot, sa mère et Zaïra, la petite bonne Somalienne qu'il aime et qui constitue la seule base solide de sa vie. La haine doublée d'un complexe de culpabilité, la rancune, la colère contre une existence sans avenir, dégénèrent dans le plus sombre délire. En gage de fidélité et de loyauté à la bande qui a besoin d'argent, Marco n'hésite pas à dérober les économies de Zaïra. Surpris par la jeune fille, il l'agresse sauvagement mais il est mortellement touché d'un coup de couteau.

      A son enterrement, devant la foule atterrée, les "Skin" viennent lui rendre hommage.

       

      "J'ai toujours été intéressé par les thèmes qui touchent à la jeunesse, déjà depuis mon premier film où je racontais l'histoire d'adolescents de mon quartier qui appartenaient aux mouvements d'extrême gauche en 1977. Je suis d'avis qu'il faut faire un cinéma dur, ayant de l'impact, qui puisse secouer les gens. Dans ce sens, Teste rasate est plus proche de films comme Ultra ou Mery per sempre que d'autres...

      Dans Passagi et dans Teste rasate ce sont des jeunes à la dérive qui cherchent des réponses à des questions précises. En 77, il existait plus de points de référence pour un adolescent ayant une sensibilité de gauche, des symboles comme Che Guevara ou Mao. Aujourd'hui avec la chute du communisme, le risque existe de voir les jeunes exalter des personnages comme Hitler ou Mussolini...

      Marco est un personnage privé d'identité morale et idéologique qui est fasciné par les "skin" chez qui il trouve ce qu'il croit ne pas posséder. L'intérêt du film, c'est qu'il tombe justement amoureux d'une jeune immigrée, provoquant ainsi un "double rapport contradictoire". Il est capable de violence contre les immigrés et en même temps défaire des ballades sentimentales avec Zaïra. "

      Claudio FRAGASSO

    • Réalisation
      Claudio Fragasso
    • Scenario
      Rossella Drudi
    • Image
      Luigi Ciccarese
    • Montage
      Ugo De Rossi
    • Musique
      Sergio Cammariere, Eugenio Bennato
    • Producer (s)
      Gino Usai, Carmine De Benedettis
    • Productions
      Century Film Europa
    • Interprètes
      Gianmarco Tognazzi, Stefano Molinari, Franca Bettoia, Flavio Bucci,, Fabienne Gueye, Giulio Base, Francesca Riolo, Antonello Morroni, Marco Morabito, Luce Puglia Giancarlo Palermo
    • Année
      1993
    • Durée
      1h 38
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom