TIRO AL PICCIONE

LE COMMANDO TRAQUÉ

0h 1min
1961
Story of TIRO AL PICCIONE
TIRO AL PICCIONE LE COMMANDO TRAQUÉ 8 septembre 1943. L'Italie dépose les armes. Un commando de SS libère Mussolini emprisonné depuis juillet et l'amène dans le nord de l'Italie où il fonde La Repubblica Sociale qui continue la guerre aux côtés des Allemands. A Verceil, dans le Piémont, le jeune Marco Laudato s'engage dans les forces armées du nouvel état. Il n'a pas les idées très claires, mais il est animé par un patriotisme sincère. Il devient l'ami d'Elia, un compagnon d'armes plus âgé, qui le guide et le protège.Dès que les choses sérieuses commencent, Marco ouvre les yeux sur la réalité qui l'entoure et sur la guerre qu'il est en train de combattre. Blessé pendant une opération absurde, il connaît une brève parenthèse de calme à l'hôpital. Mais le retour dans son régiment est un véritable traumatisme. Elia a déserté, il a été capturé et il est fusillé.Une dernière bataille inutile contre les partisans et Marco se retrouve seul, au milieu des cadavres de ses compagnons. Il ne ressent plus qu'une grande lassitude.   Montaldo avait choisi de représenter l'époque de la dissolution du fascisme àtravers la crise d'un jeune "republichino". La critique de gauche, à l'époque, ne fut pas tendre pour le film et son auteur, les taxant d'ambiguïté. Le film est résolument antifasciste, les bons sont d'un côté, les méchants de l'autre, ne serait-ce que par les buts poursuivis et les méthodes employées. Mais l'attention de Montaldo se porte essentiellement sur les individus dont il se plaît à faire ressortir les caractéristiques profondément humaines : la persévérance, la foi, la déception et la peur. "Pour ceux qui avaient vingt ans et qui ne connaissaient encore rien de la vie, il n'était pas facile de faire les bons choix. Devenir un homme était terrible."
    • TIRO AL PICCIONE

      LE COMMANDO TRAQUÉ

      8 septembre 1943. L'Italie dépose les armes. Un commando de SS libère Mussolini emprisonné depuis juillet et l'amène dans le nord de l'Italie où il fonde La Repubblica Sociale qui continue la guerre aux côtés des Allemands. A Verceil, dans le Piémont, le jeune Marco Laudato s'engage dans les forces armées du nouvel état. Il n'a pas les idées très claires, mais il est animé par un patriotisme sincère. Il devient l'ami d'Elia, un compagnon d'armes plus âgé, qui le guide et le protège.Dès que les choses sérieuses commencent, Marco ouvre les yeux sur la réalité qui l'entoure et sur la guerre qu'il est en train de combattre. Blessé pendant une opération absurde, il connaît une brève parenthèse de calme à l'hôpital. Mais le retour dans son régiment est un véritable traumatisme. Elia a déserté, il a été capturé et il est fusillé.Une dernière bataille inutile contre les partisans et Marco se retrouve seul, au milieu des cadavres de ses compagnons. Il ne ressent plus qu'une grande lassitude.

       

      Montaldo avait choisi de représenter l'époque de la dissolution du fascisme àtravers la crise d'un jeune "republichino". La critique de gauche, à l'époque, ne fut pas tendre pour le film et son auteur, les taxant d'ambiguïté. Le film est résolument antifasciste, les bons sont d'un côté, les méchants de l'autre, ne serait-ce que par les buts poursuivis et les méthodes employées. Mais l'attention de Montaldo se porte essentiellement sur les individus dont il se plaît à faire ressortir les caractéristiques profondément humaines : la persévérance, la foi, la déception et la peur.

      "Pour ceux qui avaient vingt ans et qui ne connaissaient encore rien de la vie, il n'était pas facile de faire les bons choix. Devenir un homme était terrible."

    • Réalisation
      Giuliano MONTALDO
    • Scénario
      Ennio DE CONCIIMI, Luciano MARTINO, Fabrizio ONOFRI, Giuliano MONTALDO, Carlo EGIDI
    • Image
      Carlo Dl PALMA
    • Montage
      Nino BARAGLI
    • Musique
      Carlo RUSTICHELLI
    • Producteur (s)
      Alessandro Jacovoni Tonino Cervi
    • Productions
      Ajace Compagnia Euro International Film
    • Interprètes
      Jacques CHARRIER. Francisco RABAL, Eleonora Rossi DRAGO, Francisco RABAL, Sergio FANTONI, Carlo D'ANGELO, Gastone MOSCHIN, Franco BALDUCCI, Silla BETÏÏNI, Loris BAZZOCHI, Enzo CERUSICO, Franco LANTIERI
    • Année
      1961
    • Durée
      1h 54
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom