TORNERANNO I PRATI

Ermanno Olmi

0h 1min
2021
Story of TORNERANNO I PRATI
TORNERANNO I PRATI

Une nuit dans un poste avancé italien sur le haut-plateau d’Asiago. L’hiver, la neige, le froid, l’isolement, la peur. L’ennemi si proche qu’on pourrait presque l’entendre respirer. La monotonie n’est rompue que par l’arrivée du ravitaillement et du courrier. Mais voilà qu’arrive un officier supérieur (Claudio Santamaria) porteur de nouveaux ordres. Il faudra établir sur-le-champ un nouveau poste d’observation dans un site plus avancé. Un ordre décidé dans un bureau à l’arrière, ignorant des réalités du terrain, de l’état de la troupe et de la pleine lune. L’action italienne est détectée par les Autrichiens qui répondent par un tir nourri d’artillerie. En remplacement du capitaine (Francesco Formichetti) malade, l’officier confie le commandement à un jeune lieutenant de son escorte (Alessandro Sperduti). Très vite il prend conscience de la réalité de la guerre.

 

Dans Tornernno i prati il y a Remarque, Rigoni Stern et Buzzati. Aucun n’est cité parce qu’Olmi les a tous absorbés. Il crée ainsi un monde de cauchemar d’où les personnages s'adressent à nous en disant : voilà ce que j'étais, et c’est à toi que je le rappelle, en espérant que tu sois gardien de ma mémoire, et que tu portes avec toi mon message. Parce que « même ceux qui en sont revenus ont gardé en eux la mort qu’ils ont connu ». Si le petit Ermanno se souvient des récits de son père à qui  il a dédié ce film, le cinéaste plus qu'octogénaire craint que, comme le dit un soldat, « de ce qu'il a y eu on ne verra plus rien et nos souffrances ne sembleront plus vraies ».

Tornernno i prati est un film parfaitement centré dans le cœur d'une tranchée et d'une guerre, sombre et hallucinante. C’est notre Apocalypse Now, la chronique d’un conflit totalement inutile et que l’Histoire voudrait oublier.

Paola Cassella, Mymovies.it, 6 novembre 2014

    • TORNERANNO I PRATI

      Une nuit dans un poste avancé italien sur le haut-plateau d’Asiago. L’hiver, la neige, le froid, l’isolement, la peur. L’ennemi si proche qu’on pourrait presque l’entendre respirer. La monotonie n’est rompue que par l’arrivée du ravitaillement et du courrier. Mais voilà qu’arrive un officier supérieur (Claudio Santamaria) porteur de nouveaux ordres. Il faudra établir sur-le-champ un nouveau poste d’observation dans un site plus avancé. Un ordre décidé dans un bureau à l’arrière, ignorant des réalités du terrain, de l’état de la troupe et de la pleine lune. L’action italienne est détectée par les Autrichiens qui répondent par un tir nourri d’artillerie. En remplacement du capitaine (Francesco Formichetti) malade, l’officier confie le commandement à un jeune lieutenant de son escorte (Alessandro Sperduti). Très vite il prend conscience de la réalité de la guerre.

       

      Dans Tornernno i prati il y a Remarque, Rigoni Stern et Buzzati. Aucun n’est cité parce qu’Olmi les a tous absorbés. Il crée ainsi un monde de cauchemar d’où les personnages s'adressent à nous en disant : voilà ce que j'étais, et c’est à toi que je le rappelle, en espérant que tu sois gardien de ma mémoire, et que tu portes avec toi mon message. Parce que « même ceux qui en sont revenus ont gardé en eux la mort qu’ils ont connu ». Si le petit Ermanno se souvient des récits de son père à qui  il a dédié ce film, le cinéaste plus qu'octogénaire craint que, comme le dit un soldat, « de ce qu'il a y eu on ne verra plus rien et nos souffrances ne sembleront plus vraies ».

      Tornernno i prati est un film parfaitement centré dans le cœur d'une tranchée et d'une guerre, sombre et hallucinante. C’est notre Apocalypse Now, la chronique d’un conflit totalement inutile et que l’Histoire voudrait oublier.

      Paola Cassella, Mymovies.it, 6 novembre 2014

    • Réalisation
      Ermanno Olmi, avec la collaboration de Maurizio Zaccaro
    • Scénario
      Ermanno Olmi
    • Image
      Fabio Olmi
    • Montage
      Paolo Cottignola
    • Musique
      Paolo Fresu
    • Producteur (s)
      Luigi Musini, Elisabetta Olmi
    • Productions
      Cinema Undici Ipotesi Cinema, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien de la Présidence du Conseil des Ministres, de Regione Veneto, de Vicenza Film Commission
    • Vente à l’étranger
      Rai Com
    • Interprètes
      Claudio Santamaria, Alessandro Sperduti, Francesco Formichetti, Andrea Di Maria, Camillo Grassi, Niccolò Senni, Domenico Benetti, Andrea Benetti
    • Année
      2014
    • Durée
      1h 20
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Dans nos rêves il n’y avait pas la mort.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom