TURNÉ

STRADA BLUES

0h 1min
1990
Story of TURNÉ
TURNÉ STRADA BLUES Dario et Federico, deux acteurs et amis de longue date, se retrouvent pour travailler dans une compagnie théâtrale qui entreprend une tournée dans toute l'Italie avec "La Cerisaie" de Tchékhov. Dario et Federico sont très différents l'un de l'autre : le premier est actif, plein de vie et d'un naturel accomodant ; le second est fermé, intransigeant et toujours mécontent. Mais ils ont aussi bien des choses en commun : leur passé, leur travail, leur amitié. Ils aiment aussi la même femme... Vittoria, animatrice de radio, vient justement de quitter Federico pour Dario. Federico ignorant tout de cette nouvelle liaison. Un long voyage, du Sud au Nord de l'Italie, attend les deux comédiens. De chambre d'hôtel en salles de spectacle et en intérieurs de voitures, ils devront résoudre leur problème sentimental. La solution est difficile à trouver car Vittoria les aime tous les deux. En réalité, les caractères des deux hommes se complètent et chacun donne à Vittoria ce que l'autre ne peut lui apporter. Aucun des trois ne peut se passer des deux autres. En fait, c'est par le travail que l'équilibre se rétablira et que leur complicité pourra se poursuivre.   "Strada Blues" est une comédie tendre et légère, une sorte de triple balade nonchalante : àtravers l'Italie - splendide -, dans les coulisses d'une troupe théâtre - cocasse - et dans les âmes. C'est un film qui, sans avoir l'air d'y toucher, fait mouche àtous les coups. Dario l'extraverti (Diego Abatantuono) et Federico l'ombrageux (Fabrizio Bentivoglio), les deux copains, sont irrésistibles dans leur numéro de duettistes un peu blasés. Et on craque avec eux pour la troublante Vittoria, interprétée par Laura Morante, incontestablement la grande star italienne des années à venir, une star comme le pays n'en a plus connu depuis longtemps. Sans prétention, avec une sobre élégance, "Strada Blues", à sa manière, s'inscrit dans cette amorce de renaissance du cinéma italien qui se fait jour depuis quelques mois. Un mouvement qui s'est fait attendre longtemps, et qui devenait vital. Richard Cannavo - Première - juillet 91
    • TURNÉ

      STRADA BLUES

      Dario et Federico, deux acteurs et amis de longue date, se retrouvent pour travailler dans une compagnie théâtrale qui entreprend une tournée dans toute l'Italie avec "La Cerisaie" de Tchékhov. Dario et Federico sont très différents l'un de l'autre : le premier est actif, plein de vie et d'un naturel accomodant ; le second est fermé, intransigeant et toujours mécontent. Mais ils ont aussi bien des choses en commun : leur passé, leur travail, leur amitié. Ils aiment aussi la même femme... Vittoria, animatrice de radio, vient justement de quitter Federico pour Dario. Federico ignorant tout de cette nouvelle liaison. Un long voyage, du Sud au Nord de l'Italie, attend les deux comédiens. De chambre d'hôtel en salles de spectacle et en intérieurs de voitures, ils devront résoudre leur problème sentimental. La solution est difficile à trouver car Vittoria les aime tous les deux. En réalité, les caractères des deux hommes se complètent et chacun donne à Vittoria ce que l'autre ne peut lui apporter.

      Aucun des trois ne peut se passer des deux autres. En fait, c'est par le travail que l'équilibre se rétablira et que leur complicité pourra se poursuivre.

       

      "Strada Blues" est une comédie tendre et légère, une sorte de triple balade nonchalante : àtravers l'Italie - splendide -, dans les coulisses d'une troupe théâtre - cocasse - et dans les âmes. C'est un film qui, sans avoir l'air d'y toucher, fait mouche àtous les coups. Dario l'extraverti (Diego Abatantuono) et Federico l'ombrageux (Fabrizio Bentivoglio), les deux copains, sont irrésistibles dans leur numéro de duettistes un peu blasés. Et on craque avec eux pour la troublante Vittoria, interprétée par Laura Morante, incontestablement la grande star italienne des années à venir, une star comme le pays n'en a plus connu depuis longtemps. Sans prétention, avec une sobre élégance, "Strada Blues", à sa manière, s'inscrit dans cette amorce de renaissance du cinéma italien qui se fait jour depuis quelques mois. Un mouvement qui s'est fait attendre longtemps, et qui devenait vital.

      Richard Cannavo - Première - juillet 91

    • Réalisation
      Gabriele Salvatores
    • Scénario
      Francesca Marciano, Fabrizio Bentivoglio, Gabriele Salvatores.
    • Image
      Italo Petriccione
    • Montage
      Nino Baragli
    • Musique
      Roberto Ciotti
    • Producteur (s)
      Mario et Vittorio Cecchi Gori, Gianni Minervini
    • Productions
      Cecchi Gori Group, A.M.A. Film, Reteitalia
    • Distribution France
      Gaumont
    • Interprètes
      Diego Abatantuono, Laura Morante, Fabrizio Bentivoglio, Gigi Montini, Barbara Scoppa, Ugo Conti.
    • Année
      1990
    • Durée
      1h 31
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom