MÊME HEURE L’ANNÉE PROCHAINE

TUTTI GLI ANNI, UNA VOLTA L’ANNO

0h 1min
1994
Story of TUTTI GLI ANNI, UNA VOLTA L’ANNO
TUTTI GLI ANNI, UNA VOLTA L'ANNO MÊME HEURE L’ANNÉE PROCHAINE Un groupe de vieux amis se réunit un soir tous les ans, dans un restaurant typique du Trastevere à Rome. Il y a Lorenzo, préfet à la retraite ; Mario, physicien toujours distrait ; Francesco et Laura, "le meilleur couple du monde" ; Ginevra, vieille fille cultivée et douce poursuivant d'improbables idéaux ; Romano, riche notaire timide et déprimé ; Annamaria, femme libérée qui ne vit que par son travail ; Raffaele, homme d'affaires dont le fils Davide veille avec vigilance sur sa santé et ses frasques ; et Giuseppe qui est étrangement, en retard. Mais cette année, il manque Filipo qui est décédé. Avant de mourir, dans une lettre confiée à Romano, il convie ses amis à aller vivre en communauté dans un vieux couvent, en Ombrie, qu'il avait acheté et commencé à restaurer. Pour saugrenue que paraisse l'idée, la proposition est toutefois soumise au vote et finalement rejetée. S'en suit une vive discussion où se révèlent des secrets restés enfouis jusqu'à ce que Romano avoue qu'il est l'auteur de la lettre et qu'il avait utilisé le nom de Filipo pour les convaincre plus facilement. C'est alors qu'arrivé le retardataire, Giuseppe. Assigné à résidence pour une histoire de corruption, l'idée de cohabitation lui convient parfaitement. C'est ainsi qu'au milieu de la nuit la discussion reprend.   Gianfrancesco LAZOTTI est né à Rome en 1957. Après des études universitaires à Bologne, il est assistant réalisateur sur des films de Ettore Scola et Dino Risi entre autres. En 1987, il réalise II mitico Gianluca, un épisode de la série télévisée Piazza Navona, et l'année suivante Saremo Felice. En 1991, il participe à une œuvre collective, Corsica. Il a écrit le scénario et les dialogues de Tutti gli anni, una volta l'anno en complicité avec son épouse Paola, la fille de Ettore Scola.   LAZOTTI emprunte le langage de la comédie pour cette réflexion sur une phase de l'existence "où ce qui est vieux offre des certitudes mais perd de son charme, et ce qui est nouveau fait peur". "Nous avons choisi une génération pour raconter une dynamique existentielle qui se repropose à plusieurs reprises au cours de la vie de chacun. Cela en marquant autant d'étapes, en concluant des périodes, en soulignant des processus d'évolution psychologique. Ce petit groupe d'amis, sortis de leur jeunesse, est exactement dans une situation privilégiée et aidé par leur condition sociale, économique et culturelle. Pas de nostalgie. Pas de bilan. Aucune mélancolie. Aucun regard jeté en arrière. La comparaison entre les huit amis se développe autour d'un projet qui, bien que défectueux, abstrait, irréalisable qu'il soit, accompli quand même sa fonction vitale de songer à l'avenir. Un projet, même minimum, qui, seulement par le fait d'exister rend meilleur la qualité de la vie, c'est à cela que se consacre les protagonistes de cette "nuit blanche". Comprendre, se comprendre, trouver un sens plausible pour leur avenir et pour ce présent qui est déjà avenir."
    • TUTTI GLI ANNI, UNA VOLTA L'ANNO

      MÊME HEURE L’ANNÉE PROCHAINE

      Un groupe de vieux amis se réunit un soir tous les ans, dans un restaurant typique du Trastevere à Rome. Il y a Lorenzo, préfet à la retraite ; Mario, physicien toujours distrait ; Francesco et Laura, "le meilleur couple du monde" ; Ginevra, vieille fille cultivée et douce poursuivant d'improbables idéaux ; Romano, riche notaire timide et déprimé ; Annamaria, femme libérée qui ne vit que par son travail ; Raffaele, homme d'affaires dont le fils Davide veille avec vigilance sur sa santé et ses frasques ; et Giuseppe qui est étrangement, en retard. Mais cette année, il manque Filipo qui est décédé. Avant de mourir, dans une lettre confiée à Romano, il convie ses amis à aller vivre en communauté dans un vieux couvent, en Ombrie, qu'il avait acheté et commencé à restaurer. Pour saugrenue que paraisse l'idée, la proposition est toutefois soumise au vote et finalement rejetée. S'en suit une vive discussion où se révèlent des secrets restés enfouis jusqu'à ce que Romano avoue qu'il est l'auteur de la lettre et qu'il avait utilisé le nom de Filipo pour les convaincre plus facilement. C'est alors qu'arrivé le retardataire, Giuseppe. Assigné à résidence pour une histoire de corruption, l'idée de cohabitation lui convient parfaitement. C'est ainsi qu'au milieu de la nuit la discussion reprend.

       

      Gianfrancesco LAZOTTI est né à Rome en 1957. Après des études universitaires à Bologne, il est assistant réalisateur sur des films de Ettore Scola et Dino Risi entre autres. En 1987, il réalise II mitico Gianluca, un épisode de la série télévisée Piazza Navona, et l'année suivante Saremo Felice. En 1991, il participe à une œuvre collective, Corsica. Il a écrit le scénario et les dialogues de Tutti gli anni, una volta l'anno en complicité avec son épouse Paola, la fille de Ettore Scola.

       

      LAZOTTI emprunte le langage de la comédie pour cette réflexion sur une phase de l'existence "où ce qui est vieux offre des certitudes mais perd de son charme, et ce qui est nouveau fait peur".

      "Nous avons choisi une génération pour raconter une dynamique existentielle qui se repropose à plusieurs reprises au cours de la vie de chacun. Cela en marquant autant d'étapes, en concluant des périodes, en soulignant des processus d'évolution psychologique. Ce petit groupe d'amis, sortis de leur jeunesse, est exactement dans une situation privilégiée et aidé par leur condition sociale, économique et culturelle. Pas de nostalgie. Pas de bilan. Aucune mélancolie. Aucun regard jeté en arrière. La comparaison entre les huit amis se développe autour d'un projet qui, bien que défectueux, abstrait, irréalisable qu'il soit, accompli quand même sa fonction vitale de songer à l'avenir. Un projet, même minimum, qui, seulement par le fait d'exister rend meilleur la qualité de la vie, c'est à cela que se consacre les protagonistes de cette "nuit blanche". Comprendre, se comprendre, trouver un sens plausible pour leur avenir et pour ce présent qui est déjà avenir."

    • Réalisation
      Gianfrancesco Lazotti
    • Scenario
      Gianfrancesco Lazotti, Paola Scola, Cecilia Calvi
    • Image
      Nino Céleste
    • Montage
      Luciano Benedettii
    • Musique
      Giovanni Venosta
    • Producer (s)
      Donatella Senatore, Andrea Marzari, Alain Keytsman, Jean-Claude Patrice
    • Productions
      DOS Cinematografica, Films Auramax et Filmtel (France)
    • Distribution France
      MC4
    • Interprètes
      Giorgio Albertazzi, Paolo Ferrari, Paola Pitagora, Lando Buzzanca, Giovanna Ralli, Jean Rochefort, Gianmarco Tognazzi, Caria Cassola, Paolo Bonacelli, Alexandra La Capria, Vittorio Gassman
    • Année
      1994
    • Durée
      1h 25
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom