UN VIAGGIO CHIAMATO AMORE

0h 1min
2021
Story of UN VIAGGIO CHIAMATO AMORE
En un instant Les roses se sont fanées Les pétales sont tombés Parce que je ne pouvais pas oublier les roses Nous les cherchions ensemble Nous avons trouvé des roses C'étaient ses roses c'étaient mes roses Ce voyage nous le nommions amour Avec notre sang avec nos larmes nous faisions les roses Qui brillaient un instant au soleil du matin Nous les avons fanées sous le soleil parmi les ronces Les roses qui n'étaient pas nos roses Mes roses ses roses Rs. : C'est ainsi que nous avons oublié les roses Dino Campana, poème pour Sibilla Aleramo     C'est sous ce titre qu'a été publiée la correspondance que la romancière Sibilla Aleramo a échangée avec le poète Dino Campana entre 1916 et 1918. Pendant ces deux années, ils vécurent une passion intense et tourmentée qui transparaît de leurs lettres. Sibilla est une femme fascinante et cultivée qui a beaucoup souffert dans son passé: sa mère qui ne supportait plus les infidélités de son mari avait perdu la rai­son et avait tenté de se suicider, elle-même avait été violée par un employé de son père alors qu'elle n'avait pas seize ans. Elle s'était retrouvée enceinte et elle avait épousé son suborneur. Mais elle a réagi à tout cela avec une grande énergie, se libérant d'un mari brutal et même de son fils. Elle a acquis une indépendance que la société consentait à peu de femmes. Sibilla fréquente les milieux intellectuels de Florence et elle a une longue suite de relations amoureuses qu'elle vit pleinement même si elles ne durent pas. Elle connaît Dino d'abord par ses poèmes et elle est séduite. Après une brève cor­respondance, elle décide d'aller le voir, au milieu de ses montagnes. Dino la pré­vient aussitôt : dans le village tout le monde le tient pour fou. Mais Sibilla n'a pas peur... Sibilla : Personne ne s'aime comme nous. Dino : Et si tout cet amour nous faisait du mal ?   "C'est l'histoire d'une grande passion, un choc de sentiments et de rage. Pour Sibilla, vivre avec un être qui n'est pas humainement présentable est un grand défi. Mais elle veut entrer dans son univers, un univers contre-courant. A une époque où les intellectuels sont favorables à la guerre, Campana part dans d'autres directions, il cherche les valeurs de l'existence dans la nature, il critique la propagande, il se moque de la guerre. Il enrage et il proteste, tout l'inverse du conformisme. Sibilla Aleramo aussi était contre la guerre, elle écrivait des articles en faveur du vote des femmes, elle luttait. C'était une de ces femmes qui ouvrent des portes... Mon film est un hommage au mystère de la poésie ; j'aime la poésie ; quand ça ne va pas, je lis un poème. J'aime Montale, Bertolucci, ainsi que Pascoli. Sans doute parce que je le déclamais si bien qu'à l'école, quand le directeur venait, la maîtresse me faisait toujours lire un de ses poèmes. C'est ainsi que m'est venue l'idée de deve­nir comédien. " Michele Placido Ce film a valu à Stefano Accorsi le prix d'intérpétation masculine à la Mostra de Venise en 2002.
    • En un instant

      Les roses se sont fanées

      Les pétales sont tombés

      Parce que je ne pouvais pas oublier les roses

      Nous les cherchions ensemble Nous avons trouvé des roses

      C'étaient ses roses c'étaient mes roses

      Ce voyage nous le nommions amour

      Avec notre sang avec nos larmes nous faisions les roses

      Qui brillaient un instant au soleil du matin

      Nous les avons fanées sous le soleil parmi les ronces

      Les roses qui n'étaient pas nos roses

      Mes roses ses roses

      Rs. : C'est ainsi que nous avons oublié les roses

      Dino Campana, poème pour Sibilla Aleramo

       

       

      C'est sous ce titre qu'a été publiée la correspondance que la romancière Sibilla Aleramo a échangée avec le poète Dino Campana entre 1916 et 1918. Pendant ces deux années, ils vécurent une passion intense et tourmentée qui transparaît de leurs lettres.

      Sibilla est une femme fascinante et cultivée qui a beaucoup souffert dans son passé: sa mère qui ne supportait plus les infidélités de son mari avait perdu la rai­son et avait tenté de se suicider, elle-même avait été violée par un employé de son père alors qu'elle n'avait pas seize ans. Elle s'était retrouvée enceinte et elle avait épousé son suborneur. Mais elle a réagi à tout cela avec une grande énergie, se libérant d'un mari brutal et même de son fils. Elle a acquis une indépendance que la société consentait à peu de femmes.

      Sibilla fréquente les milieux intellectuels de Florence et elle a une longue suite de relations amoureuses qu'elle vit pleinement même si elles ne durent pas. Elle connaît Dino d'abord par ses poèmes et elle est séduite. Après une brève cor­respondance, elle décide d'aller le voir, au milieu de ses montagnes. Dino la pré­vient aussitôt : dans le village tout le monde le tient pour fou. Mais Sibilla n'a pas peur...

      Sibilla : Personne ne s'aime comme nous.

      Dino : Et si tout cet amour nous faisait du mal ?

       

      "C'est l'histoire d'une grande passion, un choc de sentiments et de rage. Pour Sibilla, vivre avec un être qui n'est pas humainement présentable est un grand défi. Mais elle veut entrer dans son univers, un univers contre-courant. A une époque où les intellectuels sont favorables à la guerre, Campana part dans d'autres directions, il cherche les valeurs de l'existence dans la nature, il critique la propagande, il se moque de la guerre. Il enrage et il proteste, tout l'inverse du conformisme. Sibilla Aleramo aussi était contre la guerre, elle écrivait des articles en faveur du vote des femmes, elle luttait. C'était une de ces femmes qui ouvrent des portes... Mon film est un hommage au mystère de la poésie ; j'aime la poésie ; quand ça ne va pas, je lis un poème. J'aime Montale, Bertolucci, ainsi que Pascoli. Sans doute parce que je le déclamais si bien qu'à l'école, quand le directeur venait, la maîtresse me faisait toujours lire un de ses poèmes. C'est ainsi que m'est venue l'idée de deve­nir comédien. "

      Michele Placido

      Ce film a valu à Stefano Accorsi le prix d'intérpétation masculine à la Mostra de Venise en 2002.

    • Réalisation
      Michèle Placido
    • Scenario
      Michele Placido Diegon Ribon, Heidrun Schleef
    • Image
      Luca Bigazzi
    • Montage
      Esmeralda Calabria
    • Musique
      Carlo Crivelli
    • Producer (s)
      Riccardo Tozzi Marco Chimenz, Giovanni Stabilini
    • Productions
      Cattleya, Rai Cinéma, StreamTv
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes
      Stefano Accorsi, Laura Morante, Alessandro Haber, Galatea Ranzi
    • Année
      2002
    • Durée
      1h 36
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom