VAGHE STELLE DELL’ORSA

SANDRA

0h 1min
1965
Story of VAGHE STELLE DELL’ORSA
VAGHE STELLE DELL'ORSA SANDRA   Pâles étoiles de la grande ourse, ce vers de Leopardi choisi par Visconti est aussi le titre du roman de Gianni, le frère de Sandra qui raconte l’étrange passion amoureuse d’un frère et d’une sœur… Le film débute à Genève, au cours d’une brillante soirée mondaine donnée par Andrew, un fonctionnaire international et son épouse Sandra. Tout serait parfait si, entendant le prélude de César Franck, la jeune femme ne s’abandonnait à une étrange rêverie. Le lendemain, le couple part dans une puissante BMW (celle de Visconti !) pour Volterra où Sandra doit inaugurer la statue de son père mort en déportation. La nuit venue, Sandra retrouve son frère, son enfance, leur complicité, leur haine aussi, contre leur mère… N’est-elle pas elle qui, avec son amant de l’époque, devenu son mari, l’avocat Gilardini aurait dénoncé leur père, un savant juif ? Sandra veut savoir, tandis qu’Andrew veut comprendre la nature des liens qui l’unissent à Gianni. Gilardini insinue de troublants sous-entendus…quant à Gianni il veut retrouver Sandra. Il lui donne rendez-vous comme autrefois en abandonnant un billet dans une de leurs anciennes cachettes : "ton fidèle esclave t’attend près de la citerne". Sandra s’y rendra, et comme dans la pièce de Ford Dommage qu’elle soit une P…que Visconti avait montée en 1961, Gianni lui empruntera son alliance. Mais au cours du dîner organisé par Andrew pour tenter d’y voir clair, tout basculera. Gilardini les accusera cette fois explicitement d’inventer des "monstruosités" pour cacher leur propre liaison, Gianni s’effondrera pitoyablement. Andrew, ébranlé s’en ira. Comme Volterra, Vaghe stelle dell’orsa gardera son mystère. Gianni brûlera son manuscrit à la demande de sa sœur et se suicidera plutôt que de perdre celle qu’il aime. Sandra partira elle aussi, abandonnant son passé pour rejoindre son mari. (…) Sandra illustre parfaitement la comédie des apparences sociales que Visconti ne cessa de dénoncer. Sandra, c’est aussi l’exigence de la vérité, celle du Prince Salina ou du professeur. C’est enfin l’évocation d’un amour qui, transgressant les interdits ne pouvait que conduire à la mort, comme celui de Martin et de Sophie dans les Damnés. Alain Sanzio / Paul-Louis Thirard Luchino Visconti, cinéaste, ed Persona
    • VAGHE STELLE DELL'ORSA

      SANDRA

       

      Pâles étoiles de la grande ourse, ce vers de Leopardi choisi par Visconti est aussi le titre du roman de Gianni, le frère de Sandra qui raconte l’étrange passion amoureuse d’un frère et d’une sœur…

      Le film débute à Genève, au cours d’une brillante soirée mondaine donnée par Andrew, un fonctionnaire international et son épouse Sandra. Tout serait parfait si, entendant le prélude de César Franck, la jeune femme ne s’abandonnait à une étrange rêverie. Le lendemain, le couple part dans une puissante BMW (celle de Visconti !) pour Volterra où Sandra doit inaugurer la statue de son père mort en déportation. La nuit venue, Sandra retrouve son frère, son enfance, leur complicité, leur haine aussi, contre leur mère…

      N’est-elle pas elle qui, avec son amant de l’époque, devenu son mari, l’avocat Gilardini aurait dénoncé leur père, un savant juif ? Sandra veut savoir, tandis qu’Andrew veut comprendre la nature des liens qui l’unissent à Gianni. Gilardini insinue de troublants sous-entendus…quant à Gianni il veut retrouver Sandra. Il lui donne rendez-vous comme autrefois en abandonnant un billet dans une de leurs anciennes cachettes : "ton fidèle esclave t’attend près de la citerne". Sandra s’y rendra, et comme dans la pièce de Ford Dommage qu’elle soit une P…que Visconti avait montée en 1961, Gianni lui empruntera son alliance. Mais au cours du dîner organisé par Andrew pour tenter d’y voir clair, tout basculera. Gilardini les accusera cette fois explicitement d’inventer des "monstruosités" pour cacher leur propre liaison, Gianni s’effondrera pitoyablement. Andrew, ébranlé s’en ira. Comme Volterra, Vaghe stelle dell’orsa gardera son mystère. Gianni brûlera son manuscrit à la demande de sa sœur et se suicidera plutôt que de perdre celle qu’il aime. Sandra partira elle aussi, abandonnant son passé pour rejoindre son mari. (…)

      Sandra illustre parfaitement la comédie des apparences sociales que Visconti ne cessa de dénoncer. Sandra, c’est aussi l’exigence de la vérité, celle du Prince Salina ou du professeur. C’est enfin l’évocation d’un amour qui, transgressant les interdits ne pouvait que conduire à la mort, comme celui de Martin et de Sophie dans les Damnés.

      Alain Sanzio / Paul-Louis Thirard

      Luchino Visconti, cinéaste, ed Persona

    • Réalisation
      Luchino Visconti
    • Scénario
      Suso Cecchi d’Amico, Enrico Medioli, Luchino Visconti
    • Image
      Armando Nannuzzi
    • Montage
      Mario Serandrei
    • Musique
      de César Franck dirigée par Augusto d’Ottavi
    • Producteur (s)
      Franco Cristaldi
    • Productions
      Vides Cinematografica
    • Distribution France
      Columbia
    • Interprètes
      Claudia Cardinale, Jean Sorel, Michael Craig, Marie Bell, Renzo Ricci, Fred Williams, Amalia Troiani
    • Année
      1965
    • Durée
      1h 45
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom