LEOPARDI

IL GIOVANE FAVOLOSO

0h 2min
2021
Story of IL GIOVANE FAVOLOSO
IL GIOVANE FAVOLOSO LEOPARDI

La vie du poète italien Giacomo Leopardi (1798 - 1837).

Recanati, dans les Marches. Le comte Monaldo Leopardi (Massimo Popolizio), réactionnaire et bigot, impose à ses enfants une discipline sévère et des études classiques très poussées. Giacomo (Elio Germano), de santé délicate, mène une vie solitaire et ne voit le monde qu’à travers les fenêtres de la bibliothèque du palais. En lui la révolte sourd.

À 24 ans, il quitte Recanati pour Florence où il rencontre Antonio Ranieri (Michele Riondino) qui devient son ami le plus fidèle, et Fanny Torgioni Tozzetti (Anna Mouglalis) dont il tombe amoureux. Ses écrits jouissent déjà d’une certaine renommée, mais son pessimisme qui le fait ironiser sur le concept de progrès heurte le milieu intellectuel local.

Après un bref séjour à Rome, Giacomo et son ami Antonio s’établissent à Naples. Lorsqu’éclate une épidémie de choléra, ils se retirent dans une villa sur les flancs du Vésuve. Sa santé se dégrade et ses derniers écrits sont emprunts d’un pessimisme radical.

 

La troisième voie qui s'esquisse dans cette frange italienne de la compétition (Mostra de Venise, ndlr), c'est celle d'un classicisme habité, qu'emprunte Mario Martone dans Il Giovane Favoloso, fresque historique consacrée à la vie de Giacomo Leopardi. Très inspiré dans la première partie, dédiée à l'enfance et aux années de formation du poète prodige dans la maison paternelle, où l'on voit comment son génie s'affirme dans la révolte (contre son père, contre l'aristocratie, contre l'église…), il perd en intensité dans la seconde, à mesure que sa vie d'homme psychiquement torturé, physiquement handicapé, prend le pas sur son art et sur sa pensée, mais sans jamais perdre sa belle tenue.

Martone met en scène des personnages vibrants dans une nature qui ne l'est pas moins, en les confrontant à l'art de leur époque et en leur opposant de surprenants contrepoints musicaux (parfois électro, ou pop), oniriques ou anachroniques (étrange surgissement d'un transsexuel dans un bordel napolitain…). Aux antipodes des biopics embaumés, plongés dans le formol, ce beau portrait échappe à l'académisme pour s'inscrire au contraire dans une tradition romantique qui lorgne du côté de Visconti.

Isabelle Regnier, Le Monde, 2 septembre 2014

 

Mario Martone (Naples, 1959), homme de théâtre, réalise son premier long-métrage Morte di un matematico napoletano en 1992. Dès lors, il mène de pair théâtre, réalisation de documentaires et films de fiction. Derniers en date Noi credevamo (2010) et Il giovane favoloso (2014), tous deux fastueusement situés au 19e siècle.

    • IL GIOVANE FAVOLOSO

      LEOPARDI

      La vie du poète italien Giacomo Leopardi (1798 - 1837).

      Recanati, dans les Marches. Le comte Monaldo Leopardi (Massimo Popolizio), réactionnaire et bigot, impose à ses enfants une discipline sévère et des études classiques très poussées. Giacomo (Elio Germano), de santé délicate, mène une vie solitaire et ne voit le monde qu’à travers les fenêtres de la bibliothèque du palais. En lui la révolte sourd.

      À 24 ans, il quitte Recanati pour Florence où il rencontre Antonio Ranieri (Michele Riondino) qui devient son ami le plus fidèle, et Fanny Torgioni Tozzetti (Anna Mouglalis) dont il tombe amoureux. Ses écrits jouissent déjà d’une certaine renommée, mais son pessimisme qui le fait ironiser sur le concept de progrès heurte le milieu intellectuel local.

      Après un bref séjour à Rome, Giacomo et son ami Antonio s’établissent à Naples. Lorsqu’éclate une épidémie de choléra, ils se retirent dans une villa sur les flancs du Vésuve. Sa santé se dégrade et ses derniers écrits sont emprunts d’un pessimisme radical.

       

      La troisième voie qui s'esquisse dans cette frange italienne de la compétition (Mostra de Venise, ndlr), c'est celle d'un classicisme habité, qu'emprunte Mario Martone dans Il Giovane Favoloso, fresque historique consacrée à la vie de Giacomo Leopardi. Très inspiré dans la première partie, dédiée à l'enfance et aux années de formation du poète prodige dans la maison paternelle, où l'on voit comment son génie s'affirme dans la révolte (contre son père, contre l'aristocratie, contre l'église…), il perd en intensité dans la seconde, à mesure que sa vie d'homme psychiquement torturé, physiquement handicapé, prend le pas sur son art et sur sa pensée, mais sans jamais perdre sa belle tenue.

      Martone met en scène des personnages vibrants dans une nature qui ne l'est pas moins, en les confrontant à l'art de leur époque et en leur opposant de surprenants contrepoints musicaux (parfois électro, ou pop), oniriques ou anachroniques (étrange surgissement d'un transsexuel dans un bordel napolitain…). Aux antipodes des biopics embaumés, plongés dans le formol, ce beau portrait échappe à l'académisme pour s'inscrire au contraire dans une tradition romantique qui lorgne du côté de Visconti.

      Isabelle Regnier, Le Monde, 2 septembre 2014

       

      Mario Martone (Naples, 1959), homme de théâtre, réalise son premier long-métrage Morte di un matematico napoletano en 1992. Dès lors, il mène de pair théâtre, réalisation de documentaires et films de fiction. Derniers en date Noi credevamo (2010) et Il giovane favoloso (2014), tous deux fastueusement situés au 19e siècle.

    • Réalisation
      Mario Martone
    • Scenario
      Mario Martone, Ippolita di Majo
    • Image
      Renato Berta
    • Montage
      Jacopo Quadri
    • Musique
      Sascha Ring
    • Producer (s)
      Carlo Degli Esposti, Patrizia Massa, Nicola Serra
    • Productions
      Palomar, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien de Regione Marche, Fondazione Marche Cinema Multimedia-Marche Film Commission, Regione Lazio
    • Distribution France
      Paname Distribution
    • Interprètes
      Elio Germano, Michele Riondino, Massimo Popolizio, Anna Mouglalis, Valerio Binasco, Paolo Graziosi, Iaia Forte, Sandro Lombardi, Raffaella Giordano, Edoardo Natoli, Giovanni Ludeno, Federica De Cola, Giorgia Salari, Gloria Ghergo, Isabella Ragonese
    • Année
      2014
    • Durée
      2h 15
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Je n’ai pas besoin d’estime ou de gloire ou de ces sortes de choses. J’ai besoin d’amour, d’enthousiasme, de feu, de vie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom