PASQUALINO SETTEBELLEZZE

PASQUALINO

Lina Wertmüller

0h 1min
1975
Story of PASQUALINO SETTEBELLEZZE
PASQUALINO SETTEBELLEZZE Avant la guerre, Pasqualino, un italien viril au regard mouillé, à la moustache conquérante et aux cheveux gominés, dirige à Naples, un atelier où ne travaillent que des femmes. Parmi celles-ci, les 7 sœurs de Pasqualino, toutes plus ou moins monstrueuses. Il a même prouvé qu’il était un « homme d’honneur » en poignardant le gigolo de l’une d’elles et en découpant le corps de la victime en morceaux. Ayant confessé le crime, Pasqualino est envoyé dans un asile d’aliénés d’où il est renvoyé après réhabilitation à la suite d’une tentative de viol. La guerre éclate, on l’envoie servir dans l’armée nazie. Mais maintenant Pasqualino et son camarade Francesco ont déserté et se cachent dans les forêts allemandes. Repris par les nazis, ils sont envoyés dans un camp de concentration. Pour essayer de réaffirmer sa virilité, et se persuader de son charme masculin, il tente de séduire le commandant du camp, une énorme femme, immonde et cruelle. Ses efforts pour séduire le mammouth détenteur de pouvoir sont risibles. Et lorsqu’il reçoit l’ordre de s’exécuter, il ne réussit qu’une fornication minable et poussive. Il tient à survivre… Après la guerre, Pasqualino retourne à Naples où il retrouve Carolina, une charmante jeune fille sur laquelle il avait autrefois des vues et qui est devenue, une fille de joie. Il l’épouse… Ils auront beaucoup d’enfants… continuant ainsi à lutter pour la survie…   Lina Wertmüller : « amuser les gens, c’est une façon de toucher à leurs problèmes plus profondément. Le rire n’est pas uniquement un échappatoire. Je ne crois pas que les gens sortent de Pasqualino en disant uniquement que c’est un film amusant. Ils en discutent et l’humour les oblige à faire face aux problèmes parfois l’humour est comme un piège. »   Quatrième film du tandem Wertmüller-Giannini, la méthode est efficace, le comédien opère une prestation saisissante, répondant vraisemblablement comme nul autre aux intentions de la réalisatrice. Celles-ci semblent d’ailleurs être moins de dénoncer la faiblesse, la lâcheté, la bassesse de l’individu Pasqualino, que de se livrer à la démonstration d’une alternative existentielle en un discours du plus décourageant pessimisme, aux accents suicidaires même et surtout dans le ton adapté pour la farce luronne. Cette utilisation métaphorique de l’univers concentrationnaire nazi, bien que manifestant une volonté d’anti-naturalisme et se présentant sous l’aspect d’un récit fabulesque, apparaît d’un schématisme quelque peu lourd, l’inflation délibérée des traits et des effets n’ajoutant en rien au principe d’humour choisi par l’auteur pour transmettre avec plus d’efficacité le discours. Gilles Colpart(La Saison cinématographique
    • PASQUALINO SETTEBELLEZZE

      Avant la guerre, Pasqualino, un italien viril au regard mouillé, à la moustache conquérante et aux cheveux gominés, dirige à Naples, un atelier où ne travaillent que des femmes. Parmi celles-ci, les 7 sœurs de Pasqualino, toutes plus ou moins monstrueuses. Il a même prouvé qu’il était un « homme d’honneur » en poignardant le gigolo de l’une d’elles et en découpant le corps de la victime en morceaux. Ayant confessé le crime, Pasqualino est envoyé dans un asile d’aliénés d’où il est renvoyé après réhabilitation à la suite d’une tentative de viol. La guerre éclate, on l’envoie servir dans l’armée nazie.

      Mais maintenant Pasqualino et son camarade Francesco ont déserté et se cachent dans les forêts allemandes. Repris par les nazis, ils sont envoyés dans un camp de concentration. Pour essayer de réaffirmer sa virilité, et se persuader de son charme masculin, il tente de séduire le commandant du camp, une énorme femme, immonde et cruelle. Ses efforts pour séduire le mammouth détenteur de pouvoir sont risibles. Et lorsqu’il reçoit l’ordre de s’exécuter, il ne réussit qu’une fornication minable et poussive. Il tient à survivre…

      Après la guerre, Pasqualino retourne à Naples où il retrouve Carolina, une charmante jeune fille sur laquelle il avait autrefois des vues et qui est devenue, une fille de joie. Il l’épouse… Ils auront beaucoup d’enfants… continuant ainsi à lutter pour la survie…

       

      Lina Wertmüller : « amuser les gens, c’est une façon de toucher à leurs problèmes plus profondément. Le rire n’est pas uniquement un échappatoire. Je ne crois pas que les gens sortent de Pasqualino en disant uniquement que c’est un film amusant. Ils en discutent et l’humour les oblige à faire face aux problèmes parfois l’humour est comme un piège. »

       

      Quatrième film du tandem Wertmüller-Giannini, la méthode est efficace, le comédien opère une prestation saisissante, répondant vraisemblablement comme nul autre aux intentions de la réalisatrice. Celles-ci semblent d’ailleurs être moins de dénoncer la faiblesse, la lâcheté, la bassesse de l’individu Pasqualino, que de se livrer à la démonstration d’une alternative existentielle en un discours du plus décourageant pessimisme, aux accents suicidaires même et surtout dans le ton adapté pour la farce luronne.

      Cette utilisation métaphorique de l’univers concentrationnaire nazi, bien que manifestant une volonté d’anti-naturalisme et se présentant sous l’aspect d’un récit fabulesque, apparaît d’un schématisme quelque peu lourd, l’inflation délibérée des traits et des effets n’ajoutant en rien au principe d’humour choisi par l’auteur pour transmettre avec plus d’efficacité le discours.

      Gilles Colpart(La Saison cinématographique

    • Réalisation
      Lina Wertmuller
    • Scénario
      Lina Wertmüller
    • Image
      Tonino Delli Colli
    • Montage
      Franco Fraticelli
    • Musique
      Enzo Jannacci
    • Producteur (s)
      Arrigo Colombo
    • Productions
      Medusa
    • Interprètes
      Giancarlo Giannini, Fernando Rey, Shirley Stoler, Elena Fiore, Enzo Vitale, Mario Conti, Piero di Iorio, Ermelinda de Felice, Francesca Marciano, Lucio Amelio, Deriglia Palmi
    • Année
      1975
    • Durée
      1h 56
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom